Des milliers de Cubains protestent contre les pénuries et la hausse des prix lors d’une manifestation majeure

[ad_1]

Des milliers de Cubains ont défilé dimanche sur la promenade Malecon de La Havane et ailleurs sur l’île pour protester contre les pénuries alimentaires et les prix élevés au milieu de la crise des coronavirus, lors de l’une des plus grandes manifestations antigouvernementales de mémoire.

De nombreux jeunes ont pris part à la manifestation de l’après-midi dans la capitale, qui a perturbé la circulation jusqu’à ce que la police intervienne après plusieurs heures et interrompe la marche lorsque quelques manifestants ont lancé des pierres.

La police a d’abord été à la traîne alors que les manifestants scandaient « Liberté », « Assez » et « Unissez-vous ». Un motocycliste a sorti un drapeau américain, mais il lui a été arraché par d’autres.

« Nous en avons marre des files d’attente, des pénuries. C’est pourquoi je suis ici », a déclaré un manifestant d’âge moyen à l’Associated Press. Il a refusé de s’identifier de peur d’être arrêté plus tard.

Cuba traverse sa pire crise économique depuis des décennies, accompagnée d’une résurgence des cas de coronavirus, car elle subit les conséquences des sanctions américaines imposées par l’administration Trump.

Un responsable de l’administration Biden a tweeté son soutien aux manifestations de dimanche.

« Les manifestations pacifiques se multiplient à #Cuba alors que le peuple cubain exerce son droit de réunion pacifique pour exprimer sa préoccupation face à l’augmentation des cas / décès de COVID et des pénuries de médicaments. Nous saluons les nombreux efforts du peuple cubain pour mobiliser des dons pour aider les voisins dans le besoin », a tweeté Julie Chung, secrétaire d’État adjointe par intérim aux affaires de l’hémisphère occidental.

La manifestation est passée à quelques milliers dans les environs de l’avenue Galeano et les manifestants ont continué malgré quelques charges de policiers et des barrages de gaz lacrymogène. Des personnes debout sur de nombreux balcons le long de l’artère centrale du quartier Centro Habana ont applaudi les manifestants qui passaient. D’autres se sont joints à la marche.

Bien que de nombreuses personnes aient essayé de sortir leurs téléphones portables et de diffuser la manifestation en direct, les autorités cubaines ont fermé le service Internet tout au long de l’après-midi.

Environ 2 heures et demie après le début de la marche, certains manifestants ont arraché des pavés et les ont jetés sur la police, à ce moment-là, les agents ont commencé à arrêter les gens et les manifestants se sont dispersés.

Un groupe de partisans du gouvernement est également arrivé dans la région en criant des slogans en faveur du défunt président Fidel Castro et de la révolution. Certains d’entre eux ont agressé un caméraman et un photographe d’AP.

Des manifestations ont également eu lieu ailleurs sur l’île, notamment dans la petite ville de San Antonio de los Banos, où des personnes ont protesté contre les pannes de courant et ont reçu la visite du président Miguel Díaz-Canel. Il est entré dans quelques maisons, où il a répondu aux questions des résidents.

Par la suite, cependant, il a accusé Cuba de semer le trouble.

« Comme si les flambées pandémiques n’avaient pas existé partout dans le monde, la mafia cubano-américaine, payant très bien sur les réseaux sociaux les influenceurs et les Youtubers, a créé toute une campagne… et a appelé à des manifestations dans tout le pays », a-t-il ajouté. Canel a déclaré aux journalistes.

.
[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*