L’assassinat du président haïtien ne fait qu’ajouter à la turbulence de la nation

PORT-AU-PRINCE, Haïti (AP) — L’assassinat du président Jovenel Moïse semblait avoir plongé mercredi dans le chaos une nation déjà turbulente, avec une succession confuse. Voici un aperçu de la situation :

QUI ETAIT LE PRESIDENT ASSASSINE ?

Jovenel Moïse était un homme d’affaires de 48 ans et un néophyte politique lorsqu’il a prêté serment en tant que président d’Haïti le 7 février 2017. L’ancien producteur de bananes a hérité d’une nation en effervescence – une qui avait passé un an sans dirigeant élu en endroit. Il le laisse aussi dans le chaos.

En prenant ses fonctions, il s’est engagé à renforcer les institutions, à lutter contre la corruption et à apporter plus d’investissements et d’emplois à la nation la plus pauvre de l’hémisphère. « Nous pouvons changer Haïti si nous travaillons ensemble », a déclaré Moïse sur le terrain de ce qui était autrefois le palais national – l’un des nombreux bâtiments détruits par un tremblement de terre en janvier 2010 qui a tué des milliers d’Haïtiens.

Mais l’unité n’est jamais arrivée et son administration a été en proie à des protestations massives dès le début. Même son élection initiale en 2015 a été annulée, forçant une reprise qu’il a également remportée. Les critiques l’ont accusé de devenir de plus en plus autoritaire. Il régnait par décret depuis plus d’un an après avoir dissous une majorité du Parlement en janvier 2020 sur fond de report des élections législatives.

En février, Moïse a déclaré au Conseil de sécurité de l’ONU que de puissants oligarques avaient tenté à sept reprises de le renverser. Il a également annoncé ce mois-ci qu’une vingtaine de personnes avaient été arrêtées dans un complot d’assassinat. Mais une cour d’appel a par la suite rejeté la demande et libéré les comploteurs accusés, qui comprenaient un juge et un inspecteur général de la police.

QUE SAVONS-NOUS DE L’ASSASSINAT ?

Les détails jusqu’à présent sont minces. Le Premier ministre par intérim, Claude Joseph, a déclaré que des hommes armés hautement qualifiés, certains parlant espagnol ou anglais, avaient tué le président à son domicile. La première dame a également été blessée par balle. Il a déclaré que la police et les forces armées contrôlaient la sécurité. Un habitant qui habite près du domicile du président a comparé le bruit de la fusillade à un tremblement de terre.

Bocchit Edmond, l’ambassadeur d’Haïti aux États-Unis, a décrit les assaillants comme des « commandos professionnels bien entraînés » et des « mercenaires étrangers » qui se faisaient passer pour des agents de la US Drug Enforcement Administration. Il n’a fait aucun commentaire sur d’éventuels suspects ou mobiles et a déclaré qu’Haïti a demandé au gouvernement américain de l’aider dans l’enquête.

Quelques heures après le meurtre, les autorités ont annoncé que la police avait tué quatre suspects et arrêté deux autres. Les responsables n’ont cependant donné aucun détail sur leur identité ou leur motif possible.

QUELLE EST LA SITUATION EN HAITITI ?

Le pays est aux prises avec l’instabilité politique – ainsi que la pauvreté extrême et la criminalité – depuis la fin des dictatures brutales de François et Jean-Claude Duvalier de 1957 à 1986.

Cette année, des gangs criminels ont chassé des milliers de personnes de chez eux, des manifestants exigeant l’éviction de Moïse en 2019 la fermeture d’une grande partie de l’économie et le pays n’a pas encore commencé à vacciner ses 11 millions de personnes contre le nouveau coronavirus, qui est en plein essor.

Bruno Maes, représentant d’Haïti pour l’agence des Nations Unies pour l’enfance, a comparé le mois dernier la situation des gangs à la guérilla, « avec des milliers d’enfants et de femmes pris entre deux feux ». Pierre Espérance, directeur exécutif du Réseau national haïtien de défense des droits humains, a déclaré que les gangs contrôlent environ 60% du territoire du pays.

La police et l’armée ont également été troublées, souvent ciblées par des gangs. Des officiers masqués qui disaient appartenir à une faction mécontente ont pris d’assaut plusieurs postes de police en mars pour libérer des camarades accusés d’avoir participé à une tentative de coup d’État. L’armée n’a été ré-inaugurée qu’en 2017. Elle avait été dissoute en 1995 après la chute d’une dictature.

Les conflits politiques se sont aggravés depuis le 7 février, lorsque les dirigeants de l’opposition ont affirmé que le mandat légal de Moïse avait expiré – cinq ans après qu’il aurait pris ses fonctions si le vote initial avait été autorisé. Moïse a soutenu que cela se termine en février 2022 puisqu’il n’a prêté serment qu’en 2017.

Le gouvernement est sans Premier ministre formel depuis avril, lorsque Joseph Jouthe a démissionné au milieu d’un pic de meurtres et d’enlèvements. Son remplacement n’a pas encore été approuvé par le parlement.

Avec Moïse au pouvoir par décret, le gouvernement a prévu de nouvelles élections pour septembre et un éventuel second tour en novembre. Le gouvernement a également poussé un référendum sur une nouvelle constitution qui, selon les critiques, pourrait permettre au président d’étendre son pouvoir. Mais ce vote a également été retardé.

Les autorités ont fermé l’aéroport international et déclaré l’état de siège.

En vertu de la Constitution haïtienne, le président de la Cour suprême prendrait temporairement le relais. Mais il est récemment décédé de COVID-19. L’Assemblée nationale choisirait alors un nouveau chef. Mais ce n’est pas possible car il n’y a effectivement pas de législature actuelle : les mandats des membres de la chambre basse ont tous expiré ainsi que les deux tiers de ceux du Sénat.

Cela laisse le Premier ministre par intérim, Joseph, en charge avec ses collègues ministres du gouvernement, selon l’avocat haïtien Salim Succar, autrefois chef de cabinet de l’ancien Premier ministre Laurent Lamothe.

Mais Joseph n’avait qu’un rôle intérimaire. Moïse a été tué un jour après avoir nommé Ariel Henry, un neurochirurgien, comme nouveau Premier ministre d’Haïti. Il n’avait cependant pas été confirmé. L’incertitude pourrait créer plus de volatilité avant les élections générales plus tard cette année.

L’écrivain d’Associated Press Ben Fox à Washington a contribué à ce rapport.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*