Un incendie éclate dans un hôpital de coronavirus dans le sud de l’Irak, tuant au moins 58 personnes

BAGDAD (AP) – Le nombre de morts d’un incendie catastrophique qui a éclaté dans une salle d’hôpital pour coronavirus dans le sud de l’Irak la veille est passé à 58 mardi, ont déclaré des responsables médicaux irakiens.

Deux responsables de la santé ont déclaré que plus de 100 personnes avaient également été blessées dans l’incendie qui a incendié lundi le service des coronavirus de l’hôpital universitaire al-Hussein dans la ville de Nasiriyah.

Des proches angoissés cherchaient toujours des traces de leurs proches mardi matin, cherchant parmi les débris de couvertures et d’effets carbonisés à l’intérieur des restes incendiés de la salle. Le crâne noirci d’une patiente décédée du service a été retrouvé.

Beaucoup ont pleuré ouvertement, leurs larmes teintées de colère, accusant à la fois le gouvernement provincial de Dhi Qar, où se trouve Nassiriyah, et le gouvernement fédéral de Bagdad pour des années de mauvaise gestion et de négligence.


Arshad Mohammed/Agence Anadolu via Getty Images

Un incendie s’est déclaré mardi dans une salle d’isolement COVID-19 de l’hôpital Al-Hussein de la ville de Nasiriya, dans le gouvernorat de Dhi Qar, en Irak.

Pendant la nuit, les pompiers et les sauveteurs – dont beaucoup ne disposaient que de lampes de poche et utilisant des couvertures pour éteindre les petits incendies qui couvaient encore par endroits – avaient travaillé frénétiquement à chercher dans le service dans l’obscurité. À l’aube, des corps recouverts de draps ont été étendus sur le sol à l’extérieur de l’hôpital.

Auparavant, des responsables avaient déclaré que l’incendie avait été causé par un court-circuit électrique, mais n’avaient fourni aucun détail supplémentaire. Un autre responsable a déclaré que l’incendie avait éclaté lorsqu’une bouteille d’oxygène a explosé. Les responsables ont parlé sous couvert d’anonymat car ils n’étaient pas autorisés à parler aux journalistes.

La nouvelle salle, ouverte il y a tout juste trois mois, comptait 70 lits.

Le Premier ministre Mustafa al-Kadhimi a présidé une réunion d’urgence à la suite de l’incendie et a ordonné la suspension et l’arrestation du directeur de la santé de Dhi Qar, ainsi que du directeur de l’hôpital et du directeur de la défense civile de la ville. Une enquête gouvernementale a également été ouverte.

Le service d'isolement des coronavirus de l'hôpital Al-Hussein a été ravagé par l'incendie.


ASAAD NIAZI/AFP via Getty Images

Le service d’isolement des coronavirus de l’hôpital Al-Hussein a été ravagé par l’incendie.

Dans la ville sainte chiite voisine de Najaf, les personnes en deuil se sont préparées à enterrer certaines des victimes.

C’était la deuxième fois qu’un grand incendie tuait des patients atteints de coronavirus dans un hôpital irakien cette année. Au moins 82 personnes sont mortes à l’hôpital Ibn al-Khateeb de Bagdad en avril, lorsqu’un réservoir d’oxygène a explosé, provoquant l’incendie.

Cet incident a mis en lumière une négligence généralisée et une mauvaise gestion systémique dans les hôpitaux irakiens. Les médecins ont décrié les règles de sécurité laxistes, notamment autour des bouteilles d’oxygène.

Des dizaines de personnes ont été tuées dans l'incendie.


Karar Essa/Agence Anadolu via Getty Images

Des dizaines de personnes ont été tuées dans l’incendie.

Lundi, Ammar al-Zamili, porte-parole du département de la santé de Dhi Qar, a déclaré aux médias locaux qu’il y avait au moins 63 patients à l’intérieur du service lorsque l’incendie a commencé. Le général de division Khalid Bohan, chef de la défense civile irakienne, a déclaré dans des commentaires à la presse que le bâtiment a été construit à partir de matériaux inflammables et sujet aux incendies.

L’Irak est au milieu d’une autre forte poussée de COVID-19. Les taux quotidiens de coronavirus ont culminé la semaine dernière à 9 000 nouveaux cas. Après des décennies de guerre et de sanctions, le secteur de la santé irakien a eu du mal à contenir le virus. Plus de 17 000 personnes sont mortes du virus parmi 1,4 million de cas confirmés depuis le début de la pandémie.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*