Joe Biden accuse les plateformes de médias sociaux d’avoir permis la désinformation sur COVID

Le président Joe Biden a critiqué les plateformes de médias sociaux pour ne pas en faire assez pour freiner la propagation de la désinformation concernant le coronavirus et les vaccins.

« Ils tuent des gens. Je veux dire qu’ils sont vraiment, regardez, la seule pandémie que nous ayons est parmi les non vaccinés », a déclaré Biden vendredi au correspondant de la Maison Blanche de NBC News, Peter Alexander. « Et ils tuent des gens. »

Facebook a répondu à la demande du président, affirmant qu’ils « ne se laisseront pas distraire par des accusations qui ne sont pas étayées par les faits ».

« Le fait est que plus de 2 milliards de personnes ont consulté des informations faisant autorité sur COVID-19 et les vaccins sur Facebook, ce qui est plus que tout autre endroit sur Internet », a déclaré un porte-parole du géant des médias sociaux, selon NBC News. Plus de 3,3 millions d’Américains ont également utilisé notre outil de recherche de vaccins pour savoir où et comment obtenir un vaccin. Les faits montrent que Facebook aide à sauver des vies. Période. »

La Maison Blanche est devenue de plus en plus franche ces dernières semaines sur les plateformes de médias sociaux qui ne vont pas assez loin pour lutter contre la désinformation. Le chirurgien général des États-Unis, le Dr Vivek Murthy, a qualifié la désinformation sur le COVID-19 de « menace sérieuse pour la santé publique » et l’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré que « Facebook doit agir plus rapidement pour supprimer les messages nuisibles et violents » en relation avec la désinformation sur le COVID-19 .

Ces nouvelles déclarations interviennent alors que la directrice des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), Rochelle Walensky, met en garde contre l’augmentation des cas de coronavirus à travers le pays.

« Cela devient une pandémie de non vaccinés », a déclaré Walensky vendredi lors d’un point de presse. « Nous assistons à des flambées de cas dans certaines parties du pays qui ont une faible couverture vaccinale parce que les personnes non vaccinées sont à risque. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*