Idris Elba pousse les médias sociaux à vérifier tous les utilisateurs, pas seulement la figure publique

Idris Elba pense que tout le monde mérite d’avoir ce chèque bleu convoité et a partagé ses réflexions sur les médias sociaux en faveur d’une vérification universelle.

« Les gens aux yeux du public sont vérifiés sur les réseaux sociaux », a-t-il écrit dans une déclaration partagée par La chambre d’ombre, « le processus de vérification les oblige à prouver leur IDENTITÉ, afin que tout le monde sache QUI parle. Il a ensuite écrit, en toutes lettres, « LES ENTREPRISES DE MÉDIAS SOCIAUX DEVRAIENT RENDRE CETTE OBLIGATION POUR TOUS LES UTILISATEURS ». Il a poursuivi et a déclaré que permettre aux comptes privés d’exister simplement sur les réseaux sociaux, c’est comme « embarquer dans un avion et ne pas avoir à montrer de pièce d’identité »

« Si les lâches sont soutenus par un voile de confidentialité et de secret, alors les médias sociaux ne sont pas un endroit sûr. C’est un avion qui permet aux voyageurs de porter des cagoules. Il a conclu que si ces « lâches » souhaitent cracher du racisme ou de la haine en ligne, qu’ils devraient « le dire avec [their] nom » et non avec leur nom d’utilisateur.

Ce n’est pas la première fois que le mathématicien artistique suscite des conversations uniques autour de la race et de la culture pop. Lors des manifestations de George Floyd qui ont eu lieu l’été dernier, Idris est intervenu pour dire que les anciens programmes télévisés insensibles à la race en Grande-Bretagne ne devraient pas être purement et simplement censurés, mais devraient plutôt être accompagnés de notes et d’avertissements appropriés pour que les téléspectateurs sachent à quoi s’attendre.

« Pour se moquer de la vérité, il faut connaître la vérité. Mais pour censurer les thèmes racistes dans une émission, pour la retirer – attendez une seconde, je pense que les téléspectateurs devraient savoir que les gens ont fait des émissions comme celle-ci », a-t-il déclaré dans une interview avec Horaires de la radio. «Par respect pour l’époque et le mouvement, les commissaires et les détenteurs d’archives tirent des choses qu’ils pensent être exceptionnellement sourdes en ce moment – ​​assez juste et bon pour vous. Mais je pense qu’à l’avenir, les gens devraient savoir que la liberté d’expression est acceptée, mais le public devrait savoir dans quoi il s’engage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*