La Première Dame d’Haïti revient alors que le pays en deuil fait face à un avenir incertain

PORT-AU-PRINCE, Haïti (AP) – L’avenir politique d’Haïti s’est assombri dimanche après le retour surprise de la première dame Martine Moïse, qui est sortie d’un hôpital de Miami où elle a été soignée pour des blessures suite à une attaque dans laquelle le président a été assassiné.

Martine Moïse n’a fait aucune déclaration publique après être descendue d’un jet privé vêtue d’une robe noire, d’un gilet pare-balles noir, d’un masque facial noir et de son bras droit en écharpe noire alors qu’elle pleurait le président Jovenel Moïse, qui a été tué le 7 juillet à leur maison privée.

Certains experts – comme beaucoup dans ce pays de plus de 11 millions d’habitants – ont été surpris de la rapidité avec laquelle elle est réapparue en Haïti et se sont demandé si elle envisageait de s’impliquer dans la politique du pays.

« Le fait qu’elle soit revenue pourrait suggérer qu’elle a l’intention de jouer un certain rôle », a déclaré Laurent Dubois, un expert d’Haïti et professeur à l’Université Duke. « Elle peut intervenir d’une manière ou d’une autre.

Martine Moïse est arrivée quelques heures seulement après qu’un groupe éminent de diplomates internationaux a publié une déclaration qui semblait éviter le Premier ministre par intérim Claude Joseph, l’homme qui dirige actuellement le pays avec le soutien de la police et de l’armée.

Le nom de Joseph n’a jamais été mentionné dans la déclaration faite par le groupe restreint, composé d’ambassadeurs d’Allemagne, du Brésil, du Canada, d’Espagne, des États-Unis, de France, de l’Union européenne et de représentants des Nations Unies et de l’Organisation des États américains.

Le groupe a appelé à la création d’un « gouvernement consensuel et inclusif », ajoutant : « À cette fin, il encourage fortement le Premier ministre désigné Ariel Henry à poursuivre la mission qui lui a été confiée de former un tel gouvernement ».

Henry a été désigné Premier ministre un jour avant la mort de Jovenel Moïse. Il n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

L’ONU, l’OEA et le Département d’État américain n’ont fourni aucune explication supplémentaire lorsqu’ils ont été contactés.

Compte tenu de l’état actuel de la politique haïtienne, Dubois a déclaré qu’il croyait que l’arrivée de Martine Moïse pourrait avoir un impact.

« Elle est évidemment en mesure de jouer un rôle … étant donné à quel point les choses sont ouvertes », a-t-il déclaré, ajoutant que la déclaration du Core Group est frappante car elle ne fait aucune référence à Joseph. « Il faut se demander si les développements de l’enquête ont quelque chose à voir avec cela. Ce sont toutes ces pièces de puzzle qui changent d’instant en instant. À l’heure actuelle, il semble très difficile de comprendre comment les assembler. »

Les autorités en Haïti et en Colombie disent qu’au moins 18 suspects directement liés au meurtre ont été arrêtés, la majorité d’entre eux étant d’anciens soldats colombiens. Au moins trois suspects ont été tués et la police affirme en rechercher de nombreux autres. Des responsables colombiens ont déclaré que la majorité des anciens soldats ont été dupés et n’étaient pas au courant du complot d’assassinat.

La police d’Haïti a identifié dimanche un autre suspect dans l’affaire : Pierre Joseph Ashkard. Les archives en ligne montrent qu’il est un homme d’affaires basé au Canada qui dirige une entreprise médicale au Texas avec Christian Emmanuel Sanon, un médecin et pasteur haïtien que les autorités locales ont récemment arrêté et considéré comme un suspect clé.

Un jour après le meurtre, le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, avait déclaré que Joseph était le titulaire du poste et occupait le poste de Premier ministre par intérim avant l’assassinat : « Nous continuons à travailler avec Claude Joseph en tant que tel », a-t-il déclaré.

Le 11 juillet, une délégation de représentants de diverses agences américaines s’est rendue en Haïti pour examiner les infrastructures essentielles, s’entretenir avec la Police nationale haïtienne et rencontrer Joseph, Henry et le président du Sénat haïtien Joseph Lambert lors d’une réunion conjointe.

L’aggravation des troubles politiques a incité des dizaines d’Haïtiens à se rendre ces derniers jours à l’ambassade américaine à Port-au-Prince pour demander un visa ou l’asile politique.

« Nous ne pouvons plus rester dans le pays », a déclaré Jim Kenneth, un jeune de 19 ans qui aimerait étudier la médecine aux États-Unis. « Nous nous sentons très en insécurité. »

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*