Uber étend la livraison d’épicerie à 400 villes, dont New York et San Francisco

Uber a plus que doublé le nombre de villes où il livre des courses, marquant la première expansion majeure du nouveau service depuis son lancement l’année dernière. La livraison d’épicerie à la demande et programmée de la société est désormais disponible dans 400 villes, y compris des marchés clés comme New York, San Francisco et Washington, DC.

Le service de livraison d’épicerie d’Uber a été boosté par un partenariat avec Albertsons Companies, le propriétaire coté en bourse de grandes marques d’épicerie comme Safeway, Vons, Jewel-Osco, Shaw’s, Acme, Tom Thumb, Randalls, United Supermarkets, Pavilions, Star Market, Haggen , Carrs, Kings Food Markets et Balducci’s Food Lover’s Market.

L’entreprise de covoiturage (qui devient rapidement une entreprise de livraison) s’attend à être en mesure d’offrir la livraison d’épicerie aux clients de tout le pays d’ici la fin de l’année. Néanmoins, Uber aura du pain sur la planche car il cherche à rivaliser avec les principaux acteurs de l’espace de livraison d’épicerie, notamment Amazon et Instacart.

Pendant la pandémie, l’activité principale d’Uber en matière de covoiturage a chuté à la suite d’ordres de verrouillage. En réponse, l’entreprise s’est rapidement tournée vers la livraison de nourriture et plus tard vers l’épicerie, alors qu’elle cherchait à trouver de nouvelles sources de revenus. Aujourd’hui, Uber dépend toujours fortement de l’argent de ses produits de livraison alors qu’il a du mal à combler une pénurie de chauffeurs à l’échelle nationale. Bien entendu, la livraison ne fonctionnera pas non plus sans chauffeurs.

Pour aider à alimenter son expansion de livraison d’épicerie, Uber a acquis un certain nombre de petites startups au cours des derniers mois, notamment Postmates, Cornershop et Drizly, alors qu’il cherche à étendre ses options de livraison. En plus d’Albertsons, Uber s’associe également à la startup de livraison Gopuff, spécialisée dans la livraison d’articles « essentiels » ou « d’un besoin instantané », comme les alcools, les produits de beauté et pour animaux de compagnie, les collations et les médicaments en vente libre.

Utiliser Uber à l’ancienne pour se déplacer quelque part coûte plus cher que jamais. Les tarifs ont augmenté de 40%, le PDG d’Uber, Dara Khosrowshahi, admettant le New York Times dans une récente interview, ce prix n’est « pas là où il doit être en ce moment ».

Il reste à voir comment la pénurie affecte les prix de ses plans de livraison d’épicerie. (Uber promet la livraison gratuite sur les commandes de plus de 30 $ pour ses membres abonnés Uber Pass.) Khosrowshahi a déclaré que les marges du deuxième trimestre de la société, qui devraient être publiées le 4 août, seront « blessées » par les efforts de la société pour attirer les conducteurs. retour avec des incitations financières.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*