Kevin Abstract veut que Brockhampton soit « plus respecté dans le monde du rap »

[ad_1]

Dans un nouveau profil, le leader de Brockhampton, Kevin Abstract, a déclaré qu’il ne pensait pas que le groupe était suffisamment respecté dans le monde du hip-hop malgré tous leurs succès.

Tout au long de la carrière du groupe, les membres ont maintenu qu’ils étaient un boys band. Ils ont expérimenté un certain nombre d’approches disparates et ont souvent joué avec le genre, mais en s’appelant fièrement un groupe de garçons, il y a peut-être eu des attentes en eux.

Parler avec GQ, Kevin a suggéré que l’étiquette « groupe de garçons entièrement américain » aurait pu avoir un impact sur la façon dont certains fans de rap perçoivent Brockhampton.

« Mon objectif pour nous était d’être un groupe de rap qui s’appelait un groupe de garçons », a déclaré Kevin, qui vient de sortir son single solo « Slugger » avec SNOT et Slowthai. « Mais maintenant, beaucoup de fans de rap nous regardent comme un groupe de garçons – ou comme la musique douce – alors ils nous rejettent. Nous sommes toujours ignorés de cette façon. Et je veux être plus respecté dans le monde du rap, parce que c’est la merde que j’écoute. Ça m’a donné l’impression, « Merde, les gens ne nous considèrent toujours pas comme de vrais MC. De vrais rappeurs. »

Brockhampton libéré Roadrunner : nouvelle lumière, nouvelle machine plus tôt cette année, acclamé par la critique, et le groupe se prépare à sortir son dernier album studio plus tard en 2021. Sur la décision de l’arrêter, le membre Bearface a ajouté: « Nous n’avions plus autant d’albums en nous. »

En mars, Kevin a révélé aux fans que les deux albums de BH cette année seront les derniers. Le producteur Romil Hemnani a déclaré que c’était le bon moment pour fermer le livre sur Brockhampton, même si ce ne sera certainement pas le dernier que nous entendrons de tous les membres.

« Tout le monde a donné sa vie au cours des 10 dernières années », a déclaré Romil. « Et à un moment donné, les gens méritent de donner leur vie à eux-mêmes. Il semble donc qu’il est temps de laisser tout le monde déployer ses ailes et faire les choses qu’il veux faire. Être dans un groupe, j’aime tellement ça, mais il y a aussi des compromis. Et je pense que tout le monde mérite en quelque sorte la chance de faire ce qu’il veut, pas de compromis.  »

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*