Paul Krugman souligne la chose inhabituelle à propos du culte du GOP de Donald Trump

[ad_1]

L’économiste Paul Krugman, dans sa dernière chronique pour le New York Times, a souligné la «chose inhabituelle» à propos de la dévotion culte du GOP à l’ancien président Donald Trump à un mandat et deux fois destitué.

Le parti « n’a pas le monopole du pouvoir ; en fait, il ne contrôle ni le Congrès ni la Maison Blanche », a noté Krugman dans son essai publié lundi.

« Les politiciens soupçonnés de loyauté insuffisante envers Donald Trump et le trumpisme en général ne sont pas envoyés au goulag. Tout au plus, ils risquent de perdre des bureaux intra-partis et, éventuellement, de futures primaires », a poursuivi Krugman. « Pourtant, la timidité des politiciens républicains est telle que ces menaces légères sont apparemment suffisantes pour que nombre d’entre eux se comportent comme les courtisans de Caligula.

Krugman, qui a reçu le prix Nobel d’économie en 2008, a souligné que « de nombreuses personnes, dont moi-même, ont déclaré depuis des années que le GOP n’est plus un parti politique normal ».

Mais il « ressemble de plus en plus aux partis au pouvoir des régimes autocratiques », a-t-il ajouté.

Le GOP « est devenu quelque chose de différent, avec, pour autant que je sache, aucun précédent dans l’histoire américaine, bien qu’avec de nombreux précédents à l’étranger », a conclu Krugman. « Les républicains se sont créés un domaine politique dans lequel les coûteuses démonstrations de loyauté transcendent les considérations de bonne politique ou même de logique de base. Et nous pouvons tous en payer le prix.

Lisez la chronique complète de Krugman ici.

.
[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*