Un agent de la DEA hors service arrêté pour des accusations d’émeute au Capitole

[ad_1]

Un agent de la Drug Enforcement Administration qui n’était pas en service a posé pour des photos sur lesquelles il a montré son badge DEA et son arme à feu à l’extérieur du Capitole des États-Unis lors de l’émeute du 6 janvier, selon un dossier déposé mardi après l’arrestation de l’agent.

Une vidéo publiée sur Internet montrait également Mark Sami Ibrahim portant un drapeau portant les mots « Liberté ou mort » à l’extérieur du Capitole, environ 12 minutes avant qu’une foule de personnes ne détruise un ensemble de barricades à proximité, ont annoncé les autorités.

Ibrahim, 32 ans, du comté d’Orange, en Californie, était un employé en probation de la DEA et était en congé personnel de l’agence lorsqu’il s’est rendu à Washington le 6 janvier. Plusieurs semaines avant l’émeute, il avait fait part de son intention de démissionner. .

Ibrahim ne travaillait pas comme agent des forces de l’ordre au Capitole le 6 janvier, mais il a déclaré aux enquêteurs après l’émeute qu’il était là pour aider un ami à qui on avait demandé de documenter l’événement pour le FBI.

L’ami a nié cela, cependant, et a déclaré aux enquêteurs qu’Ibrahim avait concocté la fausse histoire pour « couvrir ses fesses », selon un résumé de cas signé par l’agent spécial principal du bureau de l’inspecteur général du ministère de la Justice.

« Selon l’ami d’Ibrahim, Ibrahim est allé au rassemblement afin de se promouvoir », a écrit l’agent de l’OIG. « Ibrahim avait pensé à sa prochaine décision après avoir quitté la DEA et voulait que les manifestations soient sa scène pour lancer un podcast politique et une marque de cigares » Liberty Tavern « . »

Ibrahim a reconnu qu’il était au Capitole le 6 janvier avec un parent et l’ami, mais il a nié avoir affiché ou exposé son badge DEA et son arme à feu là-bas malgré les preuves photographiques du contraire, selon les autorités.

Ibrahim a été arrêté mardi à Washington pour des charges qui comprenaient l’entrée ou le séjour dans un bâtiment ou un terrain à accès restreint avec une arme à feu et une fausse déclaration lorsqu’il a nié avoir montré son badge ou son arme à feu.

L’avocat de la défense Darren Richie a déclaré qu’Ibrahim n’avait pas participé à l’émeute, n’avait commis aucune violence ni tenté d’entrer au Capitole ce jour-là. Il est également resté « honnête et volontairement coopératif » avec les autorités, a ajouté Richie.

«Cet acte d’accusation résulte de conjectures, de pressions politiques et d’une tentative erronée de peindre un récit spécifique à travers des images prises totalement hors de leur contexte. M. Ibrahim croit fermement que la vérité prévaudra toujours », a déclaré Richie dans un communiqué.

Le juge d’instance américain Zia Faruqui a ordonné la libération d’Ibrahim après sa comparution initiale devant le tribunal mardi. Les procureurs n’ont pas demandé sa détention provisoire.

Une porte-parole de la DEA n’a pas immédiatement répondu mardi à un e-mail sollicitant des commentaires.

La DEA avait refusé pendant des mois de dire si l’un de ses agents avait assisté au rassemblement, affirmant qu’elle ne pouvait pas commenter des « questions de personnel spécifiques ».

« Si nous recevons des informations indiquant qu’un employé a commis une faute, la politique de la DEA est de renvoyer rapidement l’affaire aux autorités compétentes pour examen », a déclaré l’agence à AP en janvier.

Ibrahim a nié avoir enfreint les lois, déclarant à Fox News en mars qu’il « n’avait même jamais mis les pieds dans les escaliers du Capitole ». Il a déclaré qu’il s’était rendu au rassemblement avec son frère, un agent du FBI, qui n’avait fait face à « aucune action défavorable » pour avoir assisté.

« Lorsque la foule a commencé à être hostile aux forces de l’ordre, moi-même en tant qu’application de la loi, j’ai commencé à tout documenter », a déclaré Ibrahim à l’animateur Tucker Carlson, ajoutant qu’il avait ensuite remis les documents au FBI « afin que ces criminels puissent être traduits en justice ».

«Je voulais aider les forces de l’ordre ce jour-là du mieux que je pouvais. Je n’y ai vraiment rien pensé », a-t-il déclaré.

Après avoir pris l’avion pour Los Angeles, a déclaré Ibrahim, il a été dépouillé de son badge et de son arme et  » licencié après avoir été suspendu pendant deux mois pour des problèmes de performance « .

« Ils se sont trompés », a-t-il déclaré à propos de son licenciement. « Mon frère et moi avons tous deux servi dans l’armée. Je l’ai suivi dans les forces de l’ordre fédérales. Ma sœur est une vétéran de la Marine. Ma mère était au Pentagone le 11 septembre.

« Le plus triste à ce sujet », a ajouté Ibrahim, « c’est que je ne peux plus servir mon pays. »

Dans une conversation de groupe WhatsApp avec au moins cinq autres agents des forces de l’ordre, Ibrahim a posté une photo de lui debout près de barricades qui avaient été démontées par la foule plusieurs minutes plus tôt, a écrit l’agent de l’OIG. Il a également publié une vidéo dans le chat qui montrait Ashli ​​Babbitt, une femme tuée par balle à l’intérieur du Capitole, emmenée du bâtiment vers une ambulance par des secouristes, a déclaré l’agent.

.
[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*