Amazon va enquêter sur les allégations de harcèlement et de discrimination dans son unité AWS

[ad_1]

Amazon enquêtera sur les allégations de discrimination et de harcèlement au sein de son unité Amazon Web Services (AWS), à la suite d’une pétition d’employés qui critiquait la culture d’AWS, Le Washington Post signalé. Plus de 550 employés d’Amazon ont signé la pétition, qui dénonce AWS pour sa « culture sous-jacente de discrimination systémique, de harcèlement, d’intimidation et de préjugés contre les femmes et les groupes sous-représentés », le Poster signalé. La pétition allègue en outre que le système d’Amazon pour enquêter sur les allégations de discrimination n’est « pas juste, objectif ou transparent ».

La pétition faisait référence à des allégations d’anciens employés d’AWS :

En mai, cinq femmes ont poursuivi Amazon, alléguant une discrimination raciale et sexiste. L’une des femmes, Cindy Warner, travaillait dans la division AWS et avait accusé un responsable de faire des commentaires homophobes. Lorsqu’elle a engagé un avocat, Warner a déclaré qu’elle avait été licenciée en représailles.

Un porte-parole d’Amazon a déclaré dans un e-mail à Le bord que la société avait mené une enquête approfondie sur les plaintes de Warner lorsqu’elle les avait formulées, et « nous avons constaté que ses allégations n’étaient pas fondées ». Warner a détaillé ses allégations dans un Moyen poste vendredi, disant qu’elle avait l’intention d’aller de l’avant. « Je poursuivrai mes réclamations aussi loin que nécessaire afin de montrer à Amazon à quel point les actions de la direction étaient mauvaises », a-t-elle écrit. « Mes merveilleux collègues chez AWS ne seront pas non plus intimidés ou réduits au silence. »

Un autre incident mentionné dans la pétition était une publication sur LinkedIn d’août 2020 par l’ancien employé d’AWS, Laudon Williams, qui a déclaré avoir quitté l’entreprise parce qu’il avait vu des cas de ce qu’il considérait comme une discrimination fondée sur le sexe.

Amazon a déclaré dans son e-mail à Le bord qu’il ne tolère aucune forme de discrimination ou de harcèlement.

La pétition a été envoyée au nouveau PDG d’Amazon Andy Jassy, ​​l’ancien chef d’AWS, et l’actuel PDG d’AWS Adam Selipsky, le Poster signalé. Selipsky a ensuite écrit un e-mail aux auteurs de la pétition disant qu’il partageait leurs inquiétudes, indiquant qu’Amazon engageait une entreprise extérieure pour enquêter.

« Compte tenu de la nature des préoccupations ici, nous avons retenu les services d’une entreprise externe pour enquêter et comprendre tout comportement inapproprié que vous ou d’autres avez pu subir ou avoir été témoin », selon la lettre, qui a été fournie dans un e-mail à Le bord par un porte-parole de l’entreprise. « Cette entreprise est expérimentée et objective, et je passerai personnellement en revue leurs conclusions indépendantes, qui aideront à guider toute action future. »

Les pétitionnaires souhaitent que la société mène une enquête indépendante sur AWS, qui doit être achevée d’ici le 30 octobre.

Mise à jour le 23 juillet à 10 h 59 HE: Ajout d’un commentaire d’Amazon et de Cindy Warner

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*