Environ 1 athlète olympique américain sur 6 à Tokyo n’est pas vacciné

[ad_1]

TOKYO (AP) – Environ 100 des 613 athlètes américains descendant à Tokyo pour les Jeux olympiques ne sont pas vaccinés, a déclaré le chef médical du Comité olympique et paralympique américain quelques heures avant la cérémonie d’ouverture de vendredi soir.

Le directeur médical Jonathan Finnoff a déclaré que 567 des athlètes américains avaient rempli leurs antécédents médicaux alors qu’ils se préparaient pour le voyage, et environ 83% avaient répondu qu’ils étaient vaccinés.

« Quatre-vingt-trois pour cent est en fait un nombre substantiel et nous en sommes très satisfaits », a déclaré Finnoff.

À l’échelle nationale, 56,3% des Américains ont reçu au moins une dose du vaccin, selon les Centers for Disease Control and Prevention.

Le CIO a estimé qu’environ 85 % des habitants du village olympique sont vaccinés ; c’est basé sur ce que rapporte le comité olympique de chaque pays, mais ce n’est pas un chiffre vérifié de manière indépendante.

Le chiffre de l’USOPC est plus solide – basé sur des questionnaires que les athlètes ont été invités à remplir avant leur arrivée au Japon. Finnoff a déclaré que le comité ne différenciait pas son traitement des athlètes en fonction de leur vaccination.

« La meilleure chose à faire est d’assumer que tout le monde est à risque et de réduire les risques en introduisant des mesures d’atténuation du COVID qui, nous le savons, fonctionnent », a-t-il déclaré.

Jusqu’à présent, deux athlètes américains – la joueuse de beach-volley Taylor Crabb et Kara Eaker, une remplaçante de l’équipe de gymnastique – sont connus pour avoir été testés positifs. Le CIO a signalé 13 positifs parmi tous les athlètes au Japon.

Le taux de vaccination a été la plus grande nouvelle d’une heure de questions-réponses avec la direction de l’USOPC – une affaire bien différente de la dernière conférence de presse pré-olympique. Celui-ci, aux Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang, a été dominé par les discussions sur le traitement par la fédération des cas d’abus sexuels à la suite du procès de l’ancien médecin de l’équipe Larry Nassar.

La direction de l’USOPC s’est presque complètement renversée depuis lors.

Susanne Lyons est la nouvelle présidente, Sarah Hirshland est la nouvelle PDG et Rick Adams est le nouveau chef de la performance sportive.

Une partie du redémarrage de l’USOPC impliquait de mettre l’accent sur la quête de médailles et de se concentrer davantage sur la santé et le bien-être des athlètes. Les États-Unis sont en tête du classement des médailles à tous les Jeux d’été depuis 1996, les Jeux olympiques après la dissolution de l’ancienne équipe soviétique.

Mais Hirshland est bien consciente que sa performance, et celle de l’équipe, sera toujours jugée à un certain niveau sur les médailles. « Les États-Unis viennent-ils ici dans l’espoir de gagner beaucoup de médailles ? Vous pariez que nous le sommes », a déclaré Hirshland.

Toutes les attentes, cependant, sont tempérées par la réalité qu’une épidémie de COVID pourrait bouleverser les plans.

« Les athlètes se sont adaptés pour être à l’aise et mal à l’aise », a déclaré Adams. « Ils en ont fait l’expérience, et au cours des 17 prochains jours, l’attente est de définir des attentes concernant des choses qui pourraient changer. »

.
[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*