10 films qui sont tous stylés et sans substance

[ad_1]

Le conflit entre le style et la substance existe depuis la naissance de l’art – le domaine relativement nouveau du cinéma ne fait pas exception. Dans la plupart des cas, la valeur critique d’un film repose sur un récit soutenu, mais non éclipsé, par un flair esthétique. Cependant, cela ne fait que souligner les différences d’opinion entre le critique et le public.

CONNEXES: 5 films d’action qui feraient un grand anime (et 5 qui ne le feraient pas)

Dans le même temps, il y a quelques films qui dépendent tellement de l’extravagance visuelle et sonore que leur intrigue/personnages sont soit dilués, soit complètement obscurcis. Ce manque de substance, lorsqu’il se déroule au milieu d’une profusion de splendeur cinématographique, devient douloureusement apparent pour quiconque regarde. Cela dit, les films de style plutôt que de substance ne sont pas nécessairement mauvais, mais ils auraient pu être bien plus.

dix Avatar (2009) a innové mais son histoire est trop simplifiée


Avatar est universellement loué pour la profondeur de ses effets visuels, de nombreux critiques comparant le poids émotionnel du film à le Seigneur des Anneaux et Guerres des étoiles.

Roger Ebert l’a qualifié de « percée technique » avec un « message anti-guerre », mais AO Scott avait plus de réserves, affirmant que « le script est un peu… évident ». Il est clair que Avatar n’essaie jamais d’être un film avec un message complexe, mais ce n’est pas une raison pour qu’il se transforme en Space Pocahontas.

9 John Wick (2014) a remplacé l’intrigue par des scènes de combat magnifiquement chorégraphiées


John Wick est un excellent véhicule pour mettre en valeur les talents martiaux de Keanu Reeves et, dans ce contexte, c’est l’un des films les plus incroyables jamais réalisés. Un ensemble de séquences de combat, aussi passionnant soit-il, n’est malheureusement pas un substitut efficace à une histoire réelle, qui John Wick aurait pu bénéficier.

En tant que tel, John Wick est à peine maître d’elle-même, comme une voiture qui est constamment sur le point de tomber d’une falaise, ne laissant pas le temps de respirer au personnage principal ou à ses victimes. Ou même le public, d’ailleurs.

8 Baby Driver (2017) est un chef-d’œuvre musical avec un script sans dimension


Bébé ChauffeurL’accent mis sur la réalisation pratique de films est à l’origine d’une grande partie des éloges qu’il a reçus, ainsi que de son soi-disant « répertoire audiovisuel », une série de chansons organisées qui se fondent parfaitement dans le flux narratif.

CONNEXES: 10 fois les princesses Disney n’avaient pas besoin de leur prince

La musique rehausse, propulse et soutient le ton du film : une réussite pour le moins extraordinaire. Alors que le casting de Bébé Conducteur a été applaudi à juste titre, plus de quelques critiques ont suggéré que l’intrigue n’était pas assez solide pour supporter le poids du film.

7 300 (2006) est un hommage magnifiquement conçu à la masculinité toxique


L’interprétation cinématographique par Zack Snyder de la populaire série de bandes dessinées de Miller, 300, est un hommage explosif au concept de virilité, sauf avec une perspective très limitée.

Les inexactitudes historiques dans le film ne se limitent pas à la sur-glorification de certaines notions « spartiates », mais s’étendent à son utilisation inutilement graphique de la violence et des remarques fanatiques. Comme Ebert l’a dit, « 300 a des caricatures unidimensionnelles qui parlent comme des lutteurs professionnels branchant leur prochaine querelle. » Cela semble spectaculaire, cependant, si cela compte.

6 Le style Bullet-Speed ​​de Lock, Stock & Two Smoking Barrels (1998) se fait au détriment du développement du personnage


chez Guy Ritchie Arracher (2000) est aussi rapide et électrisant que son premier film, sauf que le premier a plus qu’un semblant de développement d’histoire. serrure, réserve et deux barils fumants est surtout connu pour attirer l’attention du monde entier sur le multi-talentueux Jason Statham, mais ses « personnages sont contrôlés par les exigences de l’intrigue d’horlogerie ».

Pourtant, le film a séduit beaucoup, générant des fans et des cultes qui restent forts à ce jour. serrure, réserve et deux barils fumants est une montagne russe de style, et c’est plus que suffisant pour de nombreux téléspectateurs.

5 Tron: Legacy (2010) se délecte de sa grandeur visuelle sans offrir de viande narrative


Tron l’héritage est une suite magistrale au révolutionnaire Tron (1982), à la fois hommage et s’appuyant sur les effets visuels et sonores de « calibre primé » de son prédécesseur.

CONNEXES: 10 suites de films qui ont complètement mal compris l’original

D’autres critiques ont déclaré que le dialogue et les aspects humains de la suite n’étaient pas à la hauteur, malgré sa popularité massive. Fait intéressant, Manohla Dargis du NYT a affirmé que Tron l’héritageLa « palette monotone de noir et de bleu vitreux » ne correspondait pas aux « couleurs kaléidoscopiques vibrantes » du premier film.

4 Il était une fois à Hollywood (2019) est un mélange paradoxal de scènes incohérentes et d’arcs de personnages forts


Les films de Quentin Tarantino sont connus pour leurs intrigues en forme de labyrinthe, mais au moins, ils s’assemblent bien à la fin. Pulp Fiction (1994) et Chiens de réservoir (1992), par exemple, prouvent la maîtrise de Tarantino à la fois de la mise en scène et de l’écriture de scénario. Sa dernière création, Il était une fois à Hollywood, est considérablement plus décousue que ses prédécesseurs et les performances stellaires de Leonardo DiCaprio et Brad Pitt ne suffisent pas à maintenir la cohérence narrative.

Sans surprise, le film se perd à mi-chemin du deuxième acte. Le New-Yorkais a expliqué Il était une fois à Hollywoodest plus clairement le problème majeur, affirmant qu’il « célèbre la célébrité des hommes blancs… aux dépens de tous les autres ».

3 Suicide Squad (2016) a suscité trop d’espoirs avec sa superbe bande-annonce


La première bande-annonce de Escouade Suicide a fait sauter le couvercle d’Internet, avec son montage net, son CGI étincelant et, peut-être le plus important, Queen’s Bohemian Rhapsody s’harmonisant avec des scènes d’action impressionnantes.

En comparaison, le film ne tenait pas la chandelle à la bande-annonce, laissant les critiques faire des commentaires comme « En un mot, Escouade Suicide est une poubelle. En deux mots, c’est de la vilaine poubelle. » Les plaintes allaient du rôle oubliable du Joker à un scénario lent. Peut-être La brigade suicide (qui sortira le 5 août 2021) compensera les incohérences du premier film.

2 Moulin Rouge! (2001) s’appuie fortement sur le style comme mode de narration


Moulin Rouge! est un effort monumental qui finit par porter ses fruits, bien que certains critiques aient mentionné avec circonspection qu' »il n’y a pas un seul moment d’excitation organique » et que le film ne serait pas « pour tous les goûts ».

CONNEXES: Harry Potter: 10 façons dont les films ont amélioré les livres

Ceci est en partie dû à Moulin Rouge! s’appuyant sur ses éléments stylistiques pour ajouter des nuances à l’histoire, brouillant quelque peu les distinctions entre conception et développement. Cela dit, le film continue d’être une masterclass complexe sur la façon de créer la comédie musicale jukebox idéale.

1 Interstellar (2014) n’a pas réussi à trouver un équilibre entre la cinématographie et l’exposition


L’exposition est, de loin, InterstellaireLe plus gros défaut de : il y a beaucoup de choses qui doivent être expliquées mais qui ne le sont pas, et les concepts de base occupent une grande partie du temps passé à l’écran. Si le film n’est guère médiocre, il compense son manque d’urgence dramatique en allant trop loin sur les aspects visuels et auditifs.

Interstellaire est cinématographiquement époustouflant – plus l’écran de visualisation est grand, mieux c’est – mais son script saccharine laisse beaucoup à désirer. Et puis, il y a le fait que l’amour soit « un artefact d’une dimension supérieure que nous ne pouvons pas percevoir consciemment », une notion qui ne semble pas à sa place dans un film qui se targue d’une précision scientifique.


Captain America, Green Lantern et The Spirit - Mauvais films de super-héros


Prochain
Super Bad : 10 films de super-héros que tout le monde aimerait pouvoir oublier


A propos de l’auteur


[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*