Les travailleurs de Frito-Lay mettent fin à la grève après avoir obtenu des augmentations de salaire

[ad_1]

TOPEKA, Kan. (AP) – Les membres du syndicat de l’usine Frito-Lay de Topeka ont approuvé un nouveau contrat et reprendront le travail lundi, mettant fin à une grève de près de trois semaines à l’usine, ont déclaré des responsables syndicaux.

Les membres de la section locale 218 du syndicat des boulangeries, confiseries, tabacs et minoteries ont approuvé le contrat vendredi. Il accorde à tous les membres du syndicat une augmentation de salaire de 4 % sur deux ans et garantit aux travailleurs au moins un jour de congé par semaine, a rapporté le Topeka Capital-Journal.

Plus de 500 des 850 employés représentés par le syndicat se sont mis en grève le 5 juillet, se plaignant d’un environnement de travail toxique, d’heures supplémentaires forcées et d’un manque d’augmentation de salaire.

Les travailleurs ont déclaré que les quarts de travail étaient causés par une grave pénurie de personnel à l’usine.

Carolyn Fisher, porte-parole de PepsiCo., la société mère de Frito-Lay, a déclaré que le contrat permet à l’entreprise de ré-enchérir l’ensemble de ses installations, ou des parties de celles-ci, une fois pendant le contrat de deux ans.

Des comités patronaux-syndicaux seront formés pour faire des recommandations sur la dotation et les heures supplémentaires et façonner le processus de relance.

« Nous sommes convaincus que si nous pouvons réinitialiser l’installation, nous réglerons une grande partie des problèmes de personnel et d’heures supplémentaires », a déclaré Fisher. « Nous allons faire des horaires plus désirables, ce qui augmentera ensuite la rétention et l’attraction de nouveaux employés. C’est un élément important de cette offre.

.
[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*