Le Pentagone affirme que les drones DJI constituent toujours une menace, désavouant son propre rapport antérieur

[ad_1]

Après des mois d’interdictions gouvernementales sur les drones DJI, les législateurs se demandant si la société envoyait des informations au gouvernement chinois, le Pentagone a admis que les drones utilisés pourraient en fait être sûrs (via La colline), avec un rapport indiquant que deux drones DJI « édition gouvernementale » sont « recommandés pour une utilisation par des entités gouvernementales ».

Cependant, le 23 juillet, le ministère de la Défense a publié une déclaration sur le rapport, affirmant que sa publication était « non autorisée » et réitérant sa position selon laquelle les drones de DJI « constituent des menaces potentielles pour la sécurité nationale ». (via Reuters) Il indique que sa politique concernant les drones est inchangée et qu’une enquête est en cours sur la façon dont le rapport « inexact et non coordonné » a été publié.

L’année dernière, le ministère de l’Intérieur a immobilisé tous ses drones, citant des craintes d’espionnage potentiel de la part du gouvernement chinois, et le ministère du Commerce a inscrit DJI sur sa liste d’entités après que la société aurait fourni au gouvernement chinois une technologie de surveillance pour sa détention de musulmans ouïghours. campements. Cette deuxième affirmation n’a pas du tout été traitée par le rapport du Pentagone.

Mais, selon La colline, le rapport (non autorisé) du Pentagone a déclaré qu’il n’avait trouvé aucun code malveillant lors de l’analyse de deux modèles de drones. Le Department of Homeland Security a précédemment effectué des tests sur le DJI Mavic Pro et le Matrice 600 Pro en 2019, et n’a trouvé aucune preuve d’envoi de données à des endroits où cela ne devrait pas être le cas, et une nouvelle administration est apparemment parvenue à une conclusion similaire aujourd’hui. Un autre rapport qui a examiné trois drones DJI, y compris les éditions gouvernementales des drones susmentionnés, est arrivé à la même conclusion au début de 2020.

Le rapport du Pentagone n’était pas clair sur les relations de DJI avec le gouvernement américain, même avant la déclaration du DOD le 23 juillet. Depuis la révision du 1er juin, DJI figure toujours sur la liste des entités, ce qui empêche les entreprises américaines de vendre leur technologie à DJI, et le rapport du Pentagone intervient alors que le Congrès envisage une loi qui interdirait au gouvernement d’acheter des drones chinois pour cinq années entières, à partir de 2023. Ils devraient plutôt s’appuyer sur d’autres drones approuvés par des sociétés américaines et françaises ; alors que des restrictions ont été imposées à DJI, d’autres ont fabriqué des drones avec des prix élevés pour répondre aux besoins du gouvernement.

Nous parlons également des assez vieux drones DJI qui ont obtenu le feu vert; nous avons examiné le modèle grand public du Mavic Pro de DJI en 2016, et la société a depuis proposé de nombreux modèles beaucoup plus compétitifs.

Aucun contrôle du gouvernement ne vous empêche d’acheter un drone DJI. Malgré toutes les accusations, DJI a toujours pu continuer à créer et à vendre ses produits de consommation.

Les législateurs tentent toujours de décider quoi faire à propos d’autres produits chinois perçus comme un risque pour la sécurité : alors que le ministère de la Défense a annulé la désignation de Xiaomi en tant que « entreprise militaire chinoise communiste », l’administration Biden semble toujours en avoir. a l’intention de maintenir l’interdiction d’utiliser les produits Huawei dans les infrastructures américaines. Le gouvernement s’est tellement inquiété des équipements d’entreprises chinoises comme ZTE et Huawei agissant dans le cadre de son infrastructure réseau qu’il a même envisagé de retirer les pièces déjà utilisées. En septembre dernier, la FCC a estimé qu’il en coûterait 1,8 milliard de dollars pour « arracher et remplacer » les équipements de télécommunications chinois actuellement intégrés dans les réseaux américains.

Mise à jour du 25 juillet : Mis à jour pour refléter le fait que le ministère de la Défense a publié une déclaration, qualifiant la publication du rapport original du Pentagone de « non autorisée » et « inexacte ».

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*