War Zone est le film Marvel le plus sous-estimé de tous les temps

[ad_1]

Le climat des films et séries télévisées de super-héros n’a jamais été aussi réceptif, mais certains personnages, comme Marvel’s Punisher, peuvent encore apparaître comme des figures controversées. Il est facile pour les héros les plus colorés et originaux des pages de Marvel Comics de prendre vie, mais cela devient un peu plus délicat lorsque la longue lignée de justiciers violents de Marvel est prise en compte. Punisher: War Zone est un film de 2008 qui donne vie à l’histoire de Frank Castle de manière agressive et représente une race très différente de films Marvel.

CONNEXES: Chaque film Marvel réalisé avant le MCU, par ordre chronologique

Punisher : Zone de guerre venu sorti la même année que Homme de fer et le naissance de l’univers cinématographique Marvel, pourtant, il a progressivement gagné en respect au fil des ans et il y a un argument solide pour expliquer pourquoi c’est un des meilleurs films de Marvel.

dix Dominic West transforme Jigsaw en un ennemi vraiment diabolique


Films Punisher War Zone Jigsaw Throne

Un problème majeur avec lequel de nombreux films Marvel modernes continuent de se débattre est de présenter un méchant aussi convaincant que leur héros. les années 2004 punisseur le film prend quelques libertés avec son méchant central, Howard Saint, mais Zone de guerre va pour l’antagoniste classique de Punisher, Billy « Jigsaw » Russoti.

Dominic West, peut-être mieux connu pour son travail sur Le fil, savoure ce méchant exagéré et aide vraiment à élever Jigsaw à un endroit terrifiant. C’est le type de performance accrue qui semble comparable à la vision d’Ewan McGregor sur Black Mask dans Oiseaux de proie. Le look du personnage correspond aux excellentes performances de West.

9 La direction concentrée et courageuse de Lexi Alexander


Films Punisher War Zone Opération Jigsaw

Les films Marvel font actuellement partie d’une telle formule qu’il peut être difficile pour les nouveaux réalisateurs de faire entendre leur voix et de ne pas simplement se sentir comme un autre rouage de la machine.

L’une des grandes raisons pour lesquelles Punisher : Zone de guerre fait une telle impression, c’est parce que Lexi Alexander n’est pas une réalisateur de films de super-héros, mais elle aborde le personnage avec tant de respect et trouve un moyen cinématographique de représenter la douleur et la colère de Frank Castle. Alexander écoute les fans et n’essaie pas d’effacer les aspects problématiques du personnage. Elle embrasse ces caractéristiques.

8 Le matériau source d’où il tire


Punisher : Zone de guerre

Certaines histoires de bandes dessinées s’intègrent parfaitement dans un film et il y en a d’autres qui doivent devenir un amalgame d’idées différentes. Punisher : Zone de guerre regarde vers le Punisher MAX série pour son inspiration, mais il ne s’enchaîne pas aux détails.

CONNEXES: 10 films de bandes dessinées qui ont échoué au box-office (et à quel point)

Zone de guerre utilise le ton sombre, coups de pied arrêtés violents, et la caractérisation de ses héros et méchants comme fondement, mais il se permet toujours de présenter des idées originales qui ne contredisent pas les principes fondamentaux de la série. Les films de super-héros peuvent finalement se retenir en étant trop rigides avec le matériel source et Punisher : Zone de guerre a le bon équilibre.

7 Il sait quand être campy et exagéré


Chapeau de puzzle de zone de guerre de Punisher de films

Le ton peut être une chose différente à établir correctement dans les films de super-héros, en particulier lorsque le MCU a atteint un point où les personnages cosmiques et les voyages dimensionnels alternatifs font désormais partie du cours. La bonne atmosphère est particulièrement importante dans quelque chose comme Punisher : Zone de guerre où le vigilantisme violent est glorifié.

Lexi Alexander se tourne vers le films d’action extravagants des années 80 pour le ton présent dans Punisher : Zone de guerre. C’est une bonne idée de mettre le film dans ce type de mode stylisé parce que le Punisher est un personnage si représentatif d’une époque révolue.

6 Sa refonte de The Punisher à Ray Stevenson


Zone de guerre du Punisher

Punisher : Zone de guerre fait suite aux années 2004 punisseur film, mais cette interprétation de Frank Castle et de son alter ego est considérablement plus graveleuse et Ray Stevenson reprend le rôle. Tout le casting dans Punisher : Zone de guerre est réfléchi, mais le casting de Stevenson est le plus fort de tous.

Stevenson se sent particulièrement capable de la nature maussade et agressive qui consume si souvent Frank Castle. C’est une performance qui brille vraiment et un cas puissant de star et de réalisateur travaillant ensemble. C’est utile que Punisher : Zone de guerre n’a pas peur de nier refondre le rôle central.

5 Il ne s’enlise pas dans un univers connecté


Réunion de la foule de la zone de guerre de Punisher

C’est certainement excitant pour beaucoup de gens que le MCU permet à d’autres super-héros d’entrer à tout moment, mais il peut aussi être frustrant de voir certains films s’imposer dans un récit plus large ou que Spider-Man puisse se sentir comme un invité dans son propre film.

CONNEXES: Les films Marvel que vous ne saviez pas ont été annulés

Punisher : Zone de guerre existe à un moment avant que tout film Marvel ne soit consommé avec ces choses et cela permet au film une énorme liberté en conséquence. Il ne se lie même pas aux éléments des années 2004 punisseur et cela permet simplement à ce film de raconter sa propre histoire qu’il accomplit très bien.

4 C’est le bon type d’excès de violence


Films Punisher War Zone Jigsaw Mutilation

Le punisseur est une propriété qui a été difficile à adapter avec succès car c’est un personnage qui a une personnalité incroyablement violente, sans parler de quelqu’un qui opère en grande partie avec des armes à feu plutôt qu’avec de la magie. Afin d’un punisseur film pour fonctionner, il faut qu’il y ait une violence excessive, et Punisher : Zone de guerre comprend cela.

Rappelant les films d’action des années 80, Zone de guerre possède les exécutions ne manquent pas et cette représentation de Frank Castle ne fait aucun prisonnier. C’est aussi un changement de rythme majeur de voir un héros tuer sans pitié le méchant plutôt que de laisser la porte pour un retour.

3 Son approche du château de Frank et de la religion


Films Punisher War Zone Église Prière

La violence extrême est un élément difficile à traduire avec succès à l’écran avec les super-héros, mais la religion est un autre domaine qui est aussi très sensible, surtout lorsque ces deux éléments sont combinés. Frank a sa propre marque très spécifique d’autosatisfaction qui est traitée comme une religion pour lui, mais Punisher : Zone de guerre contraste cela avec la religion réelle et permet aux deux de se heurter de manière explosive.

Il est surprenant de voir des décors majeurs se dérouler dans des églises, parfois même pour se moquer de ces institutions religieuses, compte tenu de la désinfection de certains films Marvel modernes.

2 La cinématographie et l’éclairage amplifient le sentiment de danger du punisseur


Films Punisher War Zone Flare Attack

Un autre élément des films de super-héros qui a tendance à s’homogénéiser est le look et la chorégraphie derrière les séquences d’action, ainsi que le style général du film. Il y a bien sûr des exceptions à cela avec les films de super-héros plus riches en genre, mais Punisher : Zone de guerre travaille dur pour donner l’impression que Frank Castle est aussi puissant que Thor.

L’éclairage et la cinématographie accentuent à quel point le Punisher peut être effrayant et les scènes de combat sont rafraîchissantes. Il y a quelque chose d’unique offert dans chaque rencontre et c’est la chose la plus éloignée du générique.

1 Sa fin et comment il évite les pièges conventionnels


Les super-héros ont des histoires sans fin et il est donc naturel que la fin d’un film de bande dessinée à essayer de mettre en place la prochaine aventure. Cela est devenu incontrôlable dans une certaine mesure avec le MCU et comment il peut y avoir plusieurs scènes post-crédit. Même les années 2004 punisseur regarde l’avenir avec sa fin.

Il y a quelque chose de confiant et d’inattendu dans la façon dont Punisher : Zone de guerre si définitivement met fin à ses problèmes. C’est une fin qui frappe plus fort en raison de sa finalité, mais aussi parce qu’elle fonctionne comme sa propre histoire de vengeance et ne trébuche pas sur des personnages inutiles pour une suite hypothétique.


Veuve noire de Tales of Suspense #52


Prochain
Marvel: 10 façons dont Black Widow a changé depuis son introduction


A propos de l’auteur


[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*