Ian Edginton de Phantom Obsession ajoute le groupe de rock à son CV d’écriture

[ad_1]

Le groupe de rock pionnier KISS existe depuis près d’un demi-siècle et apparaît sous diverses formes médiatiques depuis presque aussi longtemps. Le groupe a été décrit comme tout, des super-héros aux entités divines en passant par eux-mêmes. Alors que KISS s’apprête à reprendre sa dernière tournée « End of the Road », ils devraient maintenant jouer dans Dynamite Entertainment KISS : Fantôme Obsession, une prochaine série de bandes dessinées écrite par Ian Edginton et dessinée par Celor.

Dans KISS : Fantôme Obsession, le groupe est embauché pour présenter un spectacle privé dans son look de marque par un milliardaire excentrique et reclus. Cependant, ce riche fan complote aussi secrètement pour s’emparer de la source du pouvoir du groupe. Le pouvoir du groupe vient d’une série de talismans mystiques qui donnent à chaque rock star une capacité unique. Dans la tradition de KISS, Gene Simmons est nommé « The Demon » et Paul Stanley devient « The Starchild ». Les anciens membres Ace Frehley et Peter Criss étaient respectivement connus sous le nom de « The Spaceman » et « The Cat ».

CONNEXES: La tournée d’adieu de KISS obtient une bande dessinée de liaison

Edginton apporte des décennies d’expérience à sa première série de bandes dessinées KISS. Auparavant, il a également adapté les œuvres du groupe de métal, Iron Maiden, sous forme de bande dessinée pour Heavy Metal. Cependant, Edginton n’est pas le premier écrivain à explorer l’idée derrière les talismans de KISS. L’idée a été introduite pour la première fois dans les années 1977 Marvel Comics Super Spécial #1 – qui a suivi une première apparition du groupe dans Marvel’s Howard le canard bande dessinée – et a ensuite été référencé dans le téléfilm KISS rencontre le fantôme du parc l’année suivante.

Edginton a parlé avec Avresco de sa prochaine série, y compris de tout lien possible avec le téléfilm souvent critiqué de 1978 et la bande dessinée Marvel qui l’a précédé.


Avresco : Merci d’avoir fait cette interview, Ian. Alors, « « Obsession fantôme »KISS rencontre le « fantôme » du parc — à part ce point commun, y a-t-il un lien plus important entre votre bande dessinée et ce téléfilm tristement célèbre ?

Edginton : Il y a quelques clins d’œil au téléfilm mais cette série est vraiment sa propre chose. J’y ai glissé quelques œufs de Pâques !

Mais en parlant de KISS rencontre le fantôme, il y a des constructions robotiques dans votre histoire qui rappellent ce film – un film qui a été assez largement ridiculisé, même par de nombreux fans de KISS. Pourquoi faire un clin d’œil à ce film dans Obsession fantôme?

Il est juste de dire que le film n’est pas du grand art mais il a ça c’est tellement mauvais c’est bon chose va pour ça. Il faut l’accepter pour ce que c’est, ce qui n’est pas très bon, mais quand on m’a proposé d’écrire la série, j’ai aimé l’idée de récupérer et de réutiliser certains aspects de l’histoire.

CONNEXES: Marvel et KISS s’associent pour une ligne de culture pop co-marquée

Pour en revenir aux bandes dessinées, il y a eu des bandes dessinées KISS assez variées au fil des décennies – KISS en tant que super-héros, KISS en tant qu’êtres mythologiques, même KISS en tant que petits tykes. En quoi votre bande dessinée diffère-t-elle de celles-ci et ajoute-t-elle encore plus de variété à cette bibliothèque éclectique ?

J’ai essayé d’emprunter une voie plus science-fiction/jeu sur console/film d’action des années 80. Je viens de mélanger ces thèmes et de les mettre dans un chignon !

S’il y a une ambiance des années 80 dans cette histoire, les lecteurs verront-ils un aperçu des deux autres personnages moins connus du groupe, Eric Carr (« The Fox ») et Vinnie Vincent (« The Wizard »), qui sont arrivés au début de cette décennie , après le départ de Peter Criss et Ace Frehley ?

Pas cette fois; mais, si le livre marche bien, j’ai une suite en tête et qui sait !


Vous mentionnez la réutilisation, alors l’une de ces bandes dessinées précédentes a-t-elle peut-être inspiré ce que vous avez mis dans Obsession fantôme?

Mes principales influences ont été les numéros 12 et 13 de Marvel’s Howard le canard et le premier BAISER Marvel Comics Super Spécial (imprimé avec du vrai sang KISS !). Je ne savais pas qui ils étaient à l’époque mais j’adorais leur look.

Ce Super Spécial a transformé de nombreux fans de bandes dessinées en fans de KISS, et vice versa. Les lecteurs d’aujourd’hui ne connaissent peut-être pas le groupe, alors cherchez-vous ou espérez-vous que votre bande dessinée accomplisse quelque chose de similaire ?

Si c’est le cas, c’est super, mais surtout je veux juste emmener les gens dans une balade amusante. S’il en ressort autre chose, tant mieux !

CONNEXES: Les zombies KISS d’Ethan Sacks secouent l’apocalypse des morts-vivants

Comment avez-vous rencontré Celor pour ce projet ?

Je pense qu’il était déjà à bord quand je me suis inscrit.

Il apporte un look très unique et simplifié au groupe, tout en évoquant une sensation très plus grande que nature. Qu’avez-vous pensé lorsque vous avez vu ses pages pour la première fois ?

J’ai été vraiment impressionné. Nous commençons le premier numéro avec une grande ouverture et il a fait un travail fantastique. J’ai adoré voir les pages au fur et à mesure qu’elles défilent. C’est un livre amusant sur lequel travailler.


Comment collaborez-vous tous les deux sur cette BD ?

Nous n’avons pas parlé directement — cela arrive souvent — mais j’enverrai mon script à [Editor] Joe Rybandt à Dynamite. Il lui donnera une fois de plus et en attendant des changements, le transmettra à Celor.

Et le groupe ? Est-ce que Gene Simmons – qui est largement connu pour être un fan de bandes dessinées – ou quelqu’un d’autre a eu une contribution créative sur Obsession fantôme?

Est-ce que Gene m’a appelé pour tirer sur la brise ? Je souhaite! Hélas non – à ma connaissance, ils avaient des approbations et c’était tout. Rien n’a été changé donc je suppose qu’ils ont aimé ça !

CONNEXES: Gene Simmons parle de son amour de longue date pour les bandes dessinées et de la façon dont cela l’a conduit à l’université

Vous avez déjà fait des bandes dessinées basées sur des groupes de rock, Iron Maiden : L’Héritage de la Bête pour le Heavy Metal – bien que ceux-ci ne ressemblaient en rien Obsession fantôme. Mais avez-vous une approche particulière pour écrire des histoires comiques basées sur des concepts et des personnalités qui proviennent de la musique ?

Je reste proche de l’ambiance, du look et des thèmes des groupes et de leur musique. Vous avez affaire à la propriété intellectuelle de quelqu’un d’autre et vous devez la respecter. Comme toute propriété sous licence, vous travaillez dans certaines limites, et tant que vous gardez cela à l’esprit, il n’y a aucune raison de ne pas vous amuser à le faire !

Dans le même ordre d’idées, vous avez effectué un travail considérable en utilisant des propriétés sous licence. Faisait une histoire en utilisant KISS, qui sont essentiellement des personnages sous licence basés sur de vraies personnes, tout à fait différent de travailler avec des propriétés purement fictives comme, disons, Extraterrestres ou alors Planète des singes?

Pas vraiment. Chaque propriété est livrée avec son propre ensemble de règles ou de paramètres, mais ce n’est pas une mauvaise chose – si vous travailliez sur X Men ou alors Ligue des justiciers, ce serait la même chose. C’est un plaisir et un privilège d’être invité à travailler sur une série comme celle-ci. On vous donne la chance de jouer avec les jouets très cool de quelqu’un d’autre. Tant que vous les traitez correctement et que vous les remettez dans la boîte par la suite, vous êtes prêt à partir !


Vous avez eu un portefeuille très vaste et diversifié de projets de bandes dessinées au fil des décennies, mais cela ne ressemble sans doute à aucun d’entre eux. Comment diriez-vous Obsession fantôme se démarque de vos autres travaux ?

C’est simplement parce que c’est la première série KISS sur laquelle j’ai travaillé. C’est génial de voir le regard sur les visages d’amis et de collègues quand je leur dis que j’écris un livre KISS.

Le groupe ne manque pas de fans, c’est sûr. Chaque fan de KISS a une histoire sur la façon dont ils en sont devenus un. Quel est ton?

C’était en 1977, au Royaume-Uni et j’avais 14 ans. J’ai découvert KISS dans Marvel’s Howard le canard! Je pensais qu’ils avaient l’air incroyable. Ce n’était pas du glam rock, c’était tout autre chose. Un de mes amis, qui connaissait son métal, m’a joué le Pistolet de l’amour album et j’étais accro, c’est pourquoi Pistolet de l’amour — chanson et album — a toujours été mon préféré !

Super souvenir — avez-vous d’autres anecdotes personnelles sur KISS que vous aimeriez partager ?

Une fois, je suis allé dîner avec quelqu’un qui était sur la route avec eux dans les années 80. Disons simplement que c’était une époque folle !

Vous avez évoqué une éventuelle suite. Une fois que vous avez terminé Obsession fantôme, as-tu d’autres projets KISS en préparation, ou puisque tu es fan, d’autres que tu aimerais poursuivre ?

J’adorerais faire une énorme aventure d’opéra spatial ! Très bien dans un gardiens de la Galaxie genre de style.

Trop cool. Merci beaucoup pour votre temps, Ian. Rock and roll toute la nuit!

Edginton et Celor KISS : Fantôme Obsession #1 de Dynamite Entertainment, colorié par Valentina Pinto et lettré par Troy Peteri, arrive sur les stands de bandes dessinées le 4 août.


A propos de l’auteur


[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*