Les musées et galeries de la Colombie-Britannique trompés de faux art autochtone

[ad_1]

Après avoir éveillé les soupçons de la communauté autochtone, un marchand d’art de la vallée du Fraser, en Colombie-Britannique, a avoué qu’il trompait délibérément les acheteurs au Canada et dans le monde depuis des années.

Pendant des années, les boutiques de cadeaux de certains des musées et galeries d’art les plus renommés de la Colombie-Britannique ont réalisé des sculptures sur bois d’un artiste nommé « Harvey John », qui, selon une biographie d’accompagnement, était Nuu-Chah-Nulth de l’île de Vancouver et a appris la tradition du Nord-Ouest Sculpture en ligne de côte d’un oncle. Certaines de ces sculptures se sont vendues pour des centaines à des milliers de dollars pièce. Cependant, Harvey John n’existe pas, et la personne qui a fait ces sculptures ne vient pas d’un milieu autochtone.

« C’est vraiment troublant, juste dans le sens où quelqu’un pourrait projeter une si fausse identité », a déclaré Curtis Collins, directeur et conservateur en chef du Audain Art Museum de Whistler dans une entrevue avec CBC.

Audain, le Museum of Anthropology et la Bill Reid Gallery de Vancouver ont tous déclaré que les pièces Harvey John de leurs magasins avaient été retirées et qu’ils avaient rompu les liens avec le fournisseur. La boutique du musée a également informé les personnes qui ont acheté le travail de Harvey John dans le passé de la fraude, et qui seront remboursées de leurs achats.

« Il a récemment été porté à l’attention de l’Audain Art Museum (AAM) Shop qu’un individu qui a vendu des œuvres sous le nom d’emprunt de Harvey John a faussement revendiqué une ascendance autochtone. Lorsqu’il a été informé de la situation, le magasin AAM a immédiatement rompu les liens avec le fournisseur et cet art de style contrefait de la côte nord-ouest a été définitivement retiré de l’inventaire du magasin », indique le communiqué.

« Nous traitons avec tout le monde de bonne foi », a déclaré Sharon Haswell, directrice de la boutique du Musée d’anthropologie, à CBC. « Nous attendons des gens qu’ils soient honnêtes dans leurs relations d’affaires. Malheureusement, c’était une arnaque. »

Le marchand d’art responsable de la chicane est Steve Hoffmann.

L’homme de Langley a avoué lors d’un entretien téléphonique avec CBC qu’il avait délibérément induit les gens en erreur et a déclaré qu’il avait remboursé financièrement les magasins qui avaient été trompés. « Je suis désolé pour cela », a-t-il déclaré. « J’ai une conscience.

Il a expliqué que les pièces sont l’œuvre d’un sculpteur de la Colombie-Britannique, qui a également écrit la fausse biographie. Hoffman a également mentionné qu’il croyait initialement que le sculpteur était autochtone, mais quand il a découvert la vérité, il a décidé de continuer la mascarade.

« Une façon de voir les choses est que j’aidais quelqu’un à gagner sa vie », a déclaré Hoffmann. «Mais une autre façon de voir les choses était que c’était un pseudonyme. Ce n’était pas exact. Hoffmann n’a pas voulu révéler le vrai nom de l’artiste, expliquant que « Je ne veux dénoncer personne ».

Haswell, la gérante de la boutique du Musée d’anthropologie, a déclaré que cette expérience l’avait incitée à accorder plus d’attention aux produits qu’elle vendait et qu’elle demanderait désormais une rencontre en face à face avec les artistes. Pendant ce temps, Collins, le directeur du Audain Art Museum, a déclaré que l’avantage de cette expérience est que les gens surveillent maintenant de plus près les faux.

« De notre point de vue, c’est rafraîchissant car cela signifie que les acheteurs et les marchands ont besoin d’un examen minutieux pour s’assurer que l’art des Premières Nations – dans ce cas, la conception de la ligne de coffrage de la côte nord-ouest – n’est pas du tout exploité », a déclaré Collins à CBC.

La vente d’art indigène frauduleux est illégale aux États-Unis en vertu de l’Indian Arts and Crafts Act, avec des peines allant jusqu’à cinq ans de prison et une amende de 250 000 $ pour un individu ou jusqu’à 1 million de dollars pour une entreprise. Le Canada n’a actuellement aucune loi de ce genre, bien que beaucoup en aient réclamé une.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*