Microsoft Flight Simulator est un impressionnant entraînement Xbox Series X

[ad_1]

Rien n’a poussé mon PC plus loin que Simulateur de vol Microsoft. Cela peut sembler étrange pour un « jeu » qui consiste en grande partie à voler seul dans un ciel vide, mais la dernière itération d’Asobo de la franchise classique est techniquement révolutionnaire et ambitieuse, avec toutes sortes de magies au-delà des scènes pour diffuser des données précises sur la ville, effets météorologiques en temps réel, etc. J’ai quand même passé un bon moment avec, mais comparé à la plupart des jeux AAA, Simulateur de vol demande beaucoup plus à votre CPU.

C’est pourquoi j’ai été intrigué par la nouvelle version pour les consoles Xbox Series, qui sort demain sur Game Pass. En fait, c’est le premier jeu Microsoft pour les consoles Xbox Series qui ne fonctionnera pas du tout en mode natif sur aucun modèle Xbox One, bien qu’une version xCloud arrive également sur mobile et finira également par toucher les anciennes consoles Xbox. Je joue à une version préliminaire fournie par Microsoft sur ma série X depuis quelques jours, et comme avec mon PC, je pense que c’est l’entraînement le plus fort pour le matériel jusqu’à présent.

Simulateur de vol Microsoft est essentiellement la même proposition sur Xbox que sur PC, offrant aux joueurs la possibilité de piloter une variété d’avions autour d’une version magnifiquement rendue de notre planète. Les didacticiels ont été légèrement modifiés, avec une série de missions plus courtes qui devraient faciliter la mise à niveau, et les différentes commandes ont été mappées sur le contrôleur Xbox de manière simple et accessible. Vous pouvez rendre le modèle de vol aussi complexe que la version PC si vous le souhaitez, bien qu’à l’heure actuelle, il n’y ait pas beaucoup d’options de stick de vol compatibles Xbox.

Sur la série X, Simulateur de vol fonctionne à une résolution de 4K et cible 30 images par seconde. Dans l’ensemble, j’ai eu une expérience plus stable sur la série X que ma propre plate-forme i5 6600K/GTX 1080, ce qui était impressionnant lorsque je l’ai assemblé il y a cinq ans, mais un peu moins maintenant. La fréquence d’images n’est pas parfaitement fluide – vous pouvez descendre en dessous de 30 lorsque vous volez à basse altitude dans des zones denses comme le centre-ville de Manhattan, par exemple, et cela se remarque. Cela m’a aidé de jouer sur un téléviseur LG CX OLED, qui est capable de taux de rafraîchissement variables et signifie que vous ne ressentez pas de déchirure ou de bégaiement lorsque la fréquence d’images fluctue au-dessus ou en dessous de 30.

Les paramètres graphiques sont globalement comparables à ce que vous obtiendriez sur un bon PC de jeu, sinon tout à fait au sommet de la gamme. Le jeu a toujours l’air magnifique lorsque vous êtes haut dans les airs, et toutes les coutures de l’expérience ne sont vraiment apparentes que lorsque vous volez près du sol. Cela a tendance à être davantage lié au fonctionnement de la technologie de diffusion en continu de la photogrammétrie – encore une fois, si vous volez rapidement vers Manhattan ou Shinjuku, tous les gratte-ciel ne seront pas toujours chargés en mémoire en même temps, ce qui signifie que certains bâtiments peuvent sembler un peu bancals au début. . J’ai aussi remarqué quelques pépins amusants de temps en temps, comme des voitures roulant sur la surface de la Tamise à Londres au lieu de sur Tower Bridge juste au-dessus.

Quant à la série S, mon collègue Tom Warren a passé du temps à tester cette version, et les résultats sont impressionnants pour une petite boîte de 299 $. Le jeu fonctionne en 1080p avec des effets graphiques et des distances de dessin réduits, mais comme vous le verrez dans la vidéo, il offre une solide expérience de Flight Simulator et sera de loin le moyen le moins cher d’y parvenir.

Simulateur de vol Microsoft s’est beaucoup améliorée depuis son lancement l’année dernière, avec des « mises à jour mondiales » qui élargissent les données de photogrammétrie plus détaillées à travers le monde. Tout cela est également présent dans la version Xbox, y compris la mise à jour nordique la plus récente qui inclut les aéroports et les points d’intérêt rendus manuellement en Scandinavie, en Islande et en Finlande. (Il convient également de noter que la version PC reçoit cette semaine une nouvelle mise à jour qui, selon Microsoft, devrait améliorer considérablement les performances à tous les niveaux – restez à l’écoute de la façon dont cela fonctionne dans la pratique.)

Au contraire, la version Xbox peut parfois sembler un peu trop proche de la version PC, avec une interface pilotée par curseur parfois maladroite. Il est un peu visible d’avoir un menu de paramètres graphiques où la seule option est d’activer et de désactiver le HDR, par exemple. Mais il vaut mieux laisser trop de place que de trop couper : ce qui compte, c’est que l’expérience de vol soit aussi bonne que possible avec le matériel disponible.

De ce que j’ai joué de Simulateur de vol Microsoft sur la Xbox Series X, je n’ai pas l’impression qu’Asobo a laissé grand-chose sur la table. C’est toujours une réalisation technique incroyable, et qui mérite d’être vérifiée quand elle sortira demain sur Game Pass.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*