Urijah Faber: L’ancien champion de l’UFC TJ Dillashaw « n’a pas besoin que le fossoyeur soulève les f-ing bones des 10 dernières années »

[ad_1]

À ce stade, il semble que TJ Dillashaw et Urijah Faber se querellent depuis plus longtemps qu’ils n’ont jamais été des cohortes. Dillashaw a rejoint l’équipe Alpha Male en 2009, quelques mois seulement après avoir obtenu son diplôme universitaire en tant que qualificatif à trois reprises pour le tournoi D1 NCAA. Sa courte carrière amateur, ses premiers combats professionnels, sa saison Ultimate Fighter et sa course à son premier championnat UFC sont tous venus du super-camp MMA de Faber à Sacramento, en Californie.

Lorsque Dillashaw et l’entraîneur Duane Ludwig sont partis avec la ceinture en 2015, une guerre des mots de plusieurs années s’est ensuivie. Culminant dans une paire de combats pour le titre entre Dillashaw et le prodige Alpha Male de nouvelle génération Cody Garbrandt. Dillashaw est reparti avec la victoire par KO dans ces deux combats. Et quand il a été arrêté par l’USADA en 2019, ses anciens coéquipiers ont rapidement commencé à aérer le linge sale entre eux.

Alors que Dillashaw est de nouveau revenu à l’action le week-end dernier, avec une victoire acharnée sur le meilleur concurrent Cory Sandhagen, Faber a parlé à Submission Radio du succès de son ancien coéquipier. Et tandis que le «California Kid» a estimé que Sandhagen aurait dû remporter la victoire dans ce combat, il a également révélé que l’UFC l’avait en fait approché avec l’idée de réserver ces rivaux de longue date les uns contre les autres.

« La seule raison pour laquelle je ferais un combat avec TJ en particulier, ce serait parce qu’ils me paieraient plus pour celui-là », a admis Faber, affirmant que le drame évident entourant le combat est un obstacle majeur à le prendre. « Et s’ils ne le font pas, je ne le ferais pas. Et il est probablement de la même manière. Il ne veut pas me battre. Il a travaillé dur pour retrouver son [image], essayez de garder son nez propre et essayez de raconter sa version de l’histoire ou quelle que soit l’affaire de ses scénarios de tricherie. Et il n’a pas besoin que le fossoyeur évoque les putains d’os des 10 dernières années de lui étant un creep et un POS. Donc, je ne pense pas que ce soit attirant pour lui sur ce front. Et pour moi, je le ferais parce qu’il y aurait une prime sur sa tête, et probablement vice versa.

Qu’est-ce que sont exactement ces vieux os ? Faber dit qu’il n’a jamais été « au courant de quoi que ce soit » en ce qui concerne l’utilisation potentielle antérieure du PED par TJ à l’époque. Mais, a ajouté qu’il y en a beaucoup d’autres qui ont probablement des histoires à raconter.

« Il sait. Sa famille le sait. Tout le monde sait ce qu’il faisait », a déclaré Faber à propos des allégations selon lesquelles Dillashaw utilisait des PED bien avant sa suspension de l’USADA. « Ce n’est pas mon affaire de mettre quoi que ce soit là-bas. D’autres personnes sont sorties et ont dit s’il l’était ou non. Je sais qu’il est venu dans mon équipe en tant qu’athlète à vie qui a lutté depuis qu’il était un petit enfant et a lutté à l’université et a travaillé très, très dur et n’a pas pu perdre 143 livres, et il s’en plaignait.

Bien que Faber ne soit peut-être pas disposé à donner plus de détails sur ce que Dillashaw a fait ou n’a pas fait dans le passé, tout en travaillant avec lui à l’équipe Alpha Male, il a donné un aperçu supplémentaire de ce qu’il pense être la mentalité de Dillashaw autour de l’utilisation du PED. . Faber a suggéré que, plutôt que les PED étant une sorte de béquille mentale pour Dillashaw, ils servaient davantage d’exemple de l’extrémité de sa nature compétitive.

« Il ressemblait au même gars », a admis Faber, parlant du retour réussi de Dillashaw dans la cage après une suspension de deux ans. «Je veux dire, écoutez, après avoir eu le gars dans l’équipe, puis avoir quitté l’équipe et moi qui suis toujours obscure sur tout, je sais beaucoup plus de choses que la plupart des gens sur l’ensemble de la situation. Mais la seule chose que je peux dire, c’est qu’il triche parce qu’il est un compétiteur. Comme, pas un concurrent juste. C’est un gars bon marché. C’est un, vous savez, quoi que ce soit. Mais toute l’intention et l’objectif du gars est de gagner.

« Et si quelqu’un triche parce qu’il ne croit pas en lui-même, c’est une chose », a poursuivi Faber. « Mais si quelqu’un fait une évaluation réelle de ce qu’il doit gagner. Qu’il s’agisse de conditionnement, de force ou autre, puis de tricher à cause de cela, il y a une grande différence. L’un est une faiblesse mentale et l’autre est un tricheur astucieux. Vous savez, pour gagner en argent et en gloire et quoi que ce soit d’autre. Et il était capable de le faire. Et la mise à pied, je pense qu’il a bien utilisé le temps et est revenu avec, le même gars qu’il a toujours. En tant que gars plus âgé qui a mis de la taille et tout ce qu’il a fait au fil des ans. Il est plus grand qu’il ne l’était lorsqu’il a commencé dans le sport, et je pense que cela joue en sa faveur. Et c’est toujours un compétiteur. Je veux dire, c’est une mentalité de champion légitime quand il s’agit de compétition.

Après sa victoire sur Sandhagen, Dillashaw a demandé un autre coup pour le titre des poids coq, contre le vainqueur d’Aljamain Sterling et Petr Yan. Sterling a remporté la ceinture via DQ à l’UFC 259 en mars. Alors que le combattant de l’équipe Serra-Longo se remet d’une opération au cou, l’UFC prévoit d’organiser une revanche de son combat pour le titre le 30 octobre, à l’UFC 267. Après ce combat, il se peut que Dillashaw se retrouve à nouveau en titre. contention.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*