Le cinéaste Charles Officer explore son histoire jamaïcaine-canadienne

[ad_1]

En tant que l’un des pays les plus culturellement diversifiés de la planète, le Canada regorge de plus d’histoires de réussite que vous ne le pensez peut-être. Dans la nouvelle série Hidden Gems de Avresco Canada, présentée en collaboration avec Appleton Estate Jamaica Rum et Fela, nous mettons en lumière d’incroyables Canadiens jamaïcains alors qu’ils redécouvrent leur héritage. Ils visitent des lieux emblématiques à travers le pays, des restaurants aux galeries en passant par les quartiers, qui sont des révélations à part entière. Tout au long, Joy Spence, notre aimable hôte et Master Blender d’Appleton Estate, aide nos sujets à découvrir l’excellence jamaïcaine qui les relie.

Dans notre premier épisode, nous nous rendons à Winnipeg pour rendre visite au célèbre réalisateur Charles Officer sur le tournage de sa prochaine série Le Portier, la plus grande production dirigée par des Noirs au Canada à ce jour. Né à Toronto d’une mère jamaïcaine et d’un père britannique, l’acteur accompli (Enterrer le plomb), documentariste (La peau dans laquelle nous sommes) et cinéaste de long métrage (Infirmière.Combattant.Garçon) a fait carrière en racontant des histoires qui honorent et explorent son héritage.

Ici, Charles et Joy se rencontrent pour explorer leurs parallèles, de son approche détaillée et authentique de la réalisation de films à son approche raffinée et holistique de la fabrication des rhums Appleton Estate. La Jamaïque est au cœur de leurs deux métiers – elle est intrinsèque aux histoires que Charles raconte à travers ses films, ainsi qu’à celles que Joy raconte à travers ses mélanges luxueux fabriqués dans la luxuriante vallée de Nassau. Ils ont tous deux vécu différentes itérations de l’expérience jamaïcaine, de Toronto à Londres, et ont traduit ces voyages en grandeur. Officer a changé le visage du cinéma canadien, tandis que Spence, la première femme Master Blender de l’industrie des spiritueux, a changé le visage du rhum jamaïcain.

Les deux entretiennent leur conversation à la Winnipeg Art Gallery, qui ne manque pas d’inspiration pour la prochaine histoire que Charles pourrait vouloir écrire.

« Mon héritage jamaïcain a été une véritable force motrice dans et autour des histoires qui m’attirent et des histoires que je veux raconter, car je n’ai pas vu beaucoup de ces histoires racontées spécifiquement là où j’ai grandi à Toronto », explique l’agent. . « Quand vous venez d’un milieu culturel et que vous n’y êtes pas né, je pense que certains d’entre nous ont envie de se connecter avec cette origine…. Chacun d’entre nous a une histoire incroyable dans cet exode vers l’Amérique du Nord que nous ne connaissons pas.

Regardez le premier épisode de Hidden Gems ci-dessus.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*