Les employés d’Activision Blizzard prévoient un débrayage à la suite de la réponse « odieuse » de l’entreprise au procès pour discrimination

[ad_1]

« [We] faire appel à l’équipe dirigeante pour… améliorer les conditions des salariés de l’entreprise, notamment des femmes ».

Les employés d’Activision Blizzard prévoient un débrayage demain, le 28 juillet, pour protester contre la réponse de l’entreprise à un récent procès du ministère californien de l’Emploi et du Logement équitables alléguant une culture de travail de « frat boy » qui a créé « un terrain fertile pour le harcèlement et la discrimination contre les femmes « .

Activision n’a pas tardé à condamner le procès, niant fermement ses allégations et le qualifiant de « comportement irresponsable de la part de bureaucrates d’État irresponsables qui chassent nombre des meilleures entreprises de l’État de Californie ».

C’était une position répétée dans un e-mail qui aurait été diffusé par Fran Townsend, cadre d’Activision Blizzard, qui a insisté sur le fait que le procès « présentait une image déformée et fausse de notre entreprise, y compris des histoires factuellement incorrectes, anciennes et hors contexte ». Townshead a poursuivi : « Soyez assurés que les dirigeants s’engagent à continuer de maintenir un lieu de travail sûr, juste et inclusif. Nous ne pouvons pas laisser les actions flagrantes des autres et un procès vraiment sans fondement et irresponsable nuire à notre culture de respect et d’égalité des chances pour tous les employés. . »

De nombreux employés d’Activision Blizzard ont rapidement critiqué la déclaration de Townshead, et plus de 2 000 employés actuels et anciens ont maintenant signé une pétition décrivant la réponse de l’entreprise à la récente action en justice pour discrimination « odieuse et insultante ».

Il a également appelé Townsend à démissionner de son poste de sponsor exécutif du réseau des femmes employées de l’entreprise, et à « des déclarations officielles qui reconnaissent la gravité de ces allégations et font preuve de compassion pour les victimes de harcèlement et d’agression ».

Alors qu’Activision Blizzard n’a pas encore répondu à la pétition – et avec le patron de l’entreprise Bobby Kotick toujours silencieux sur le procès – un groupe d’employés prévoit maintenant un débrayage demain 28 juillet, appelant « l’équipe de direction à travailler avec nous… afin d’améliorer les conditions des employés de l’entreprise, en particulier des femmes, et en particulier des femmes de couleur et des femmes transgenres, des personnes non binaires et d’autres groupes marginalisés. »

Comme détaillé dans une déclaration complète partagée par Blizzard Watch, les employés ont quatre exigences :

  1. La fin des clauses d’arbitrage obligatoires dans tous les contrats des employés, actuels et futurs. Les clauses d’arbitrage protègent les agresseurs et limitent la capacité des victimes à demander réparation.
  2. L’adoption de politiques de recrutement, d’entretiens, d’embauche et de promotion conçues pour améliorer la représentation parmi les employés à tous les niveaux, convenues par les employés d’une organisation de diversité, d’équité et d’inclusion à l’échelle de l’entreprise. Les pratiques actuelles ont conduit à ce que les femmes, en particulier les femmes de couleur et les femmes transgenres, les personnes non binaires et d’autres groupes marginalisés vulnérables à la discrimination fondée sur le sexe, ne soient pas embauchées équitablement pour de nouveaux rôles par rapport aux hommes.
  3. Publication de données sur la rémunération relative (y compris les subventions en capital et la participation aux bénéfices), les taux de promotion et les échelles salariales pour les employés de tous les sexes et de toutes les ethnies de l’entreprise. Les pratiques actuelles ont conduit à ce que les groupes susmentionnés ne soient pas payés ou promus équitablement.
  4. Donnez à un groupe de travail sur la diversité, l’équité et l’inclusion à l’échelle de l’entreprise les moyens d’embaucher un tiers pour auditer la structure hiérarchique, le service RH et le personnel exécutif d’ABK. Il est impératif d’identifier comment les systèmes actuels n’ont pas réussi à empêcher le harcèlement des employés et de proposer de nouvelles solutions pour résoudre ces problèmes.

Le débrayage devrait avoir lieu de 10 h 00 à 14 h 00 HAP le 28 juillet devant la porte principale du campus Blizzard. « Nous n’entrerons pas sur le campus Blizzard en raison des mesures de santé et de sécurité COVID actuelles », notent les organisateurs.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*