Diaz, Dillashaw et arrêts coupés: le médecin de Ringside explique pourquoi cela se résume au «niveau de confort»

[ad_1]

Les arrêts de médecin ont été une énigme dans les arts martiaux mixtes. Samedi à l’UFC Vegas 32, TJ Dillashaw a subi une énorme entaille au sourcil droit, un endroit très compromettant. Néanmoins, il a été autorisé à se battre.

[GRAPHIC PHOTO WARNING]

Ensuite, il y a le cas de Nate Diaz à l’UFC 244 il y a deux ans. Le combattant basé à Stockton a également subi une coupure au front droit dans sa tête d’affiche contre Jorge Masvidal, mais le combat a été arrêté au troisième tour.

Une nuit de combat typique de Nate Diaz.
Photo de Josh Hedges/Zuffa LLC via Getty Images

Le neurologue basé à New York, le Dr Nithin K. Sethi, qui est intervenu pour arrêter le combat pour le titre Diaz-Masvidal BMF, a défendu sa décision en disant qu’il avait « fait un appel objectif » basé sur la santé « globale » de Nate à l’époque. Sentant qu’il ne pouvait pas garantir la santé et la sécurité de Diaz à l’avenir, le Dr Sethi a mis un terme à l’action. Cela s’est avéré être une décision coûteuse qui l’a placé dans la ligne de mire des menaces de mort de fans en colère.

Alors, quel est le problème ici ? Comment les médecins en cage décident-ils d’arrêter ou non un combat ? Existe-t-il un moyen simple de le faire ?

Apparemment, il n’y a pas, selon le chirurgien orthopédiste du sport et le médecin du ring Dr David Abbasi.

« Je pense que cela se résume en grande partie au niveau de confort des médecins du ring », a déclaré le Dr Abbasi à Chael Sonnen. « Ce que les gens ne comprennent pas, c’est que nous venons dans toutes les spécialités. Vous pouvez avoir un médecin de premier recours. Je suis, par exemple, chirurgien orthopédiste, donc je suis très à l’aise avec les grandes plaies ouvertes. Je fais des incisions, je regarde les os et les tissus mous toute la journée.

«Pour moi, une coupure n’est peut-être pas un gros problème. Mais si vous avez un autre médecin qui n’est peut-être pas chirurgien ou qui n’est pas à l’aise avec les incisions ou les lacérations… peut-être qu’il ne se sent pas aussi à l’aise. Mais c’est définitivement (un) risque et c’est définitivement un sport où il y aura un risque de blessure, c’est sûr. »

Donc, si vous êtes un combattant sujet aux coupures faciales, vous feriez mieux d’espérer que quelqu’un comme le Dr Abbasi supervise votre combat. Sinon, vous risquez un arrêt médical douteux qui pourrait vous hanter pendant un certain temps.


[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*