Les États-Unis ne défendront pas le représentant Mo Brooks pour avoir pris la parole lors du rassemblement Pro-Trump le 6 janvier

[ad_1]

Le ministère de la Justice a déclaré mardi que le représentant Mo Brooks (R-Ala.) n’agissait pas dans le cadre de ses fonctions officielles de membre du Congrès lorsqu’il a prononcé un discours devant les partisans de Donald Trump le 6 janvier, affirmant que le législateur n’était pas protégé. par des lois qui protègent les membres du Congrès contre les poursuites judiciaires.

La décision intervient au milieu d’un procès intenté cette année par le représentant Eric Swalwell (D-Calif.) contre Brooks, l’ancien président Trump et l’avocat Rudy Giuliani. Le procès accuse le trio d’avoir incité à l’attaque meurtrière du Capitole américain alors que Trump et ses substituts continuaient de répandre des mensonges selon lesquels l’élection présidentielle de 2020 lui avait été volée.

« Le dossier indique que l’apparition de Brooks au rassemblement du 6 janvier était une activité de campagne, et il n’appartient pas aux États-Unis de choisir son camp parmi les candidats aux élections fédérales », a écrit l’agence. Un responsable a ajouté plus tard : « Inciter ou comploter pour fomenter une attaque violente contre le Congrès des États-Unis n’entre pas dans le cadre de l’emploi d’un représentant – ou de tout employé fédéral – et n’est donc pas le genre de conduite auquel les États-Unis sont correctement substitués en tant que défendeur en vertu de la Westfall Act.

Brooks avait fait valoir qu’il agissait dans l’exercice de ses fonctions de membre du Congrès lors du rassemblement « Stop the Steal » et qu’il était donc protégé par la Westfall Act, qui protège les employés fédéraux des poursuites liées à leur travail. La décision du ministère de la Justice signifie que le gouvernement fédéral ne remplacera pas Brooks en tant que défendeur dans la poursuite, faisant écho à une décision similaire de la Chambre des représentants mardi.

Le New York Times note que la décision signifie probablement que le ministère de la Justice pourrait refuser de protéger Trump dans le procès et le forcer à se défendre.

Lors de son discours du 6 janvier, Brooks a utilisé une rhétorique incendiaire en disant aux partisans de Trump rassemblés près de la Maison Blanche de « commencer à prendre des noms et à botter le cul ».

« L’Amérique n’a pas besoin et ne peut pas supporter, ne peut tolérer plus de membres du Congrès et de sénateurs républicains faibles, recroquevillés et mauviettes qui convoitent le pouvoir et le prestige que le marais a à offrir tout en rampant aux pieds et aux genoux des maîtres des groupes d’intérêts spéciaux » Brooks a déclaré lors du rassemblement. «En tant que tel, aujourd’hui est important d’une autre manière. Aujourd’hui, c’est le jour où les patriotes américains commencent à rayer des noms et à botter le cul. »

Le Washington Post a rapporté mardi soir que Brooks pensait que la décision du DOJ cette semaine était erronée et que les tribunaux finiraient par se ranger de son côté, car il « ne préconisait à personne de faire quoi que ce soit dans aucune campagne ».

« Si c’est la norme, alors tout ce qui est fait au Congrès fait campagne parce que tout ce qui est fait au Congrès affecte les campagnes », a-t-il déclaré à la publication.

L’affaire sera finalement tranchée par un juge ou une cour d’appel, a ajouté le Post.

.
[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*