Blizzard confirme que l’ancien patron de Warcraft a été licencié pour « inconduite dans son traitement des autres employés »

[ad_1]

L’ancien directeur créatif senior de World of Warcraft, Alex Afrasiabi, a été licencié l’été dernier à la suite d’une enquête interne, a annoncé Activision Blizzard.

Le départ d’Afrasiabi était connu, bien que les détails l’entourant – y compris des détails nouveaux et inquiétants d’une chambre d’hôtel BlizzCon 2013 surnommée la « suite Cosby » – n’aient été confirmés publiquement que suite à un rapport de Kotaku.

Dans une déclaration adressée à Kotaku hier soir, un porte-parole d’Activision Blizzard a révélé qu’une enquête interne sur la « Suite Cosby » avait eu lieu en juin 2020, à la suite d’une enquête distincte sur Afrasiabi. En conséquence, Afrasiabi a été « licencié… pour sa mauvaise conduite dans son traitement des autres employés ».

Afrasiabi et la « Cosby Suite » sont tous deux nommés dans le procès intenté par l’État de Californie contre Activision Blizzard qui allègue une culture de « frat boy » chez le développeur de World of Warcraft. Le procès allègue que le harcèlement d’Afrasiabi envers les femmes était si bien connu que sa suite était surnommée « la suite Crosby [sic] après le violeur présumé Bill Crosby [sic]. »

Des récits contradictoires rassemblés par Kotaku suggèrent que la suite de l’hôtel tire son surnom de son apparence obsolète, comme le pull de Cosby, mais aussi que la réputation de Cosby – même en 2013 – était également un facteur.

Le rapport comprend des captures d’écran présumées de diverses publications sur les réseaux sociaux d’Afrasiabi et d’autres employés de Blizzard qui semblent montrer la suite de l’hôtel, une réserve d’alcool et un groupe d’employés posant avec une photo de Bill Cosby allongé sur un lit.

Les captures d’écran présumées d’une discussion de groupe de la BlizzCon 2013 intitulée « BlizzCon Cosby Crew » incluent cet échange :

« Je rassemble le chixx chaud pour le Coz », lit-on dans un message. « Tu ne peux pas les épouser TOUS Alex. »

« Je peux, je suis du Moyen-Orient », répond une réponse étiquetée comme d’Afrasiabi.

« Tu as mal orthographié putain », lit-on dans la réponse d’une autre personne.

Afrasiabi a été approché pour commentaire par Kotaku, mais n’a pas répondu par publication.

Dans le procès de l’État de Californie, Afrasiabi aurait été « autorisé à se livrer à un harcèlement sexuel flagrant avec peu ou pas de répercussions ». Au cours de la BlizzCon, Afrasiabi aurait « dragué des employées, lui disant qu’il voulait les épouser, tentant de les embrasser et passant ses bras autour d’elles ». Le procès suggère ensuite qu’Activision Blizzard a créé « un terrain fertile pour le harcèlement et la discrimination à l’égard des femmes ».

La réaction initiale, laconique et corporative de l’entreprise à ces employés d’Activision Blizzard enragés, des milliers de personnes ayant signé une pétition décrivant la réponse comme « odieuse et insultante ». Une action de grève a été annoncée, pour avoir lieu hier après-midi.

Alors que le cours de l’action d’Activision Blizzard chutait, le patron de la société, Bobby Kotick, a finalement publié une déclaration plus conciliante et a admis que la réponse initiale de sa société avait été « sourde ». Sans se laisser décourager, les employés ont poursuivi leur débrayage, affirmant que la déclaration de Kotick n’avait pas répondu aux « éléments critiques » de leurs préoccupations.

La semaine dernière, les joueurs de World of Warcraft ont organisé une manifestation dans le jeu exigeant que le contenu faisant référence à Afrasiabi soit supprimé du jeu, y compris un PNJ du même nom. Certains se sont demandé pourquoi il était resté si longtemps – une question qui sera probablement à nouveau posée maintenant que la raison de son départ est connue du public. Sans mentionner Afrasiabi par son nom, la déclaration de Kotick a confirmé hier que le contenu du jeu non spécifié serait supprimé.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*