Les aéroports ont un problème de faune (et vice versa)

[ad_1]

Chaque été, des centaines de tortues à dos de diamant rampent jusqu’à New York John F. Kennedy International Airport pour pondre leurs œufs. Au cours des dernières années, les tortues ont été si obstructives qu’elles ont causé des retards de vol. Pour gérer de telles situations, les aéroports comme JFK avoir des départements entiers dédiés à garder la faune et les avions à l’écart les uns des autres.

Tout en gardant le tarmac exempt de tortues permet aux aéroports de fonctionner en douceur, le vrai danger se profile dans le ciel. En moyenne, plus de 10 000 impacts d’animaux sauvages sont signalés chaque année à la Federal Aviation Administration, la plupart étant des oiseaux. Alors que de plus en plus d’avions s’envolent le nombre d’impacts d’oiseaux a tendance à la hausse à un rythme alarmant, menaçant d’endommager les avions, ou pire, de causer…

Continuer la lecture…

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*