UFC 270 : Résultats Ngannou vs Gane et analyse post-combat

L’UFC 270 a perdu un peu d’éclat avec le nombre de combats annulés au cours des deux dernières semaines, mais il a tout de même produit une action exceptionnelle et exaltante des préliminaires jusqu’aux deux combats pour le titre. Et quant à ces combats de championnat…

Francis Ngannou est toujours le champion des poids lourds de l’UFC et il l’a fait d’une manière à laquelle je pense que personne ne s’attendait. Nous connaissons Ngannou pour son pouvoir de KO tant vanté, mais c’est sa lutte et son combat qui lui ont valu la décision unanime sur Ciryl Gane. Je n’arrive pas à croire que j’ai tapé cette phrase. Gane a contrôlé le rythme du combat pendant les deux premiers rounds et a décroché les meilleures frappes, mais une fois que la NCAA Ngannou est arrivée, c’était un combat totalement différent. Ciryl a essentiellement perdu les troisième et quatrième rounds car il ne pouvait pas faire face à la force de Francis, et malgré le récit répété de la diffusion sur le cardio de Ngannou, je pense que la lutte a pris une tonne à Gane.

Puis la merde est devenue bizarre au dernier tour. Gane a abattu Ngannou et vraiment n’importe quel peu de contrôle supérieur soutenu lui donne probablement le combat. Au lieu de cela, il opte pour un crochet au talon et se fait balayer. Puis il a recommencé ! Ngannou n’a presque rien décroché avec tout son temps au sommet et pourtant c’était suffisant pour remporter la victoire. Gane a vraiment raté ce combat avec un horrible pari de soumission.

Félicitations à Ngannou pour avoir gagné d’une manière que nous n’avons pas l’habitude de voir gagner, en particulier avec une déchirure du MCL et une blessure au LCA (ce qui explique les enveloppements aux deux genoux). Chose intéressante, Mick Maynard a mis la ceinture autour de Ngannou et non de Dana White. Hé hé. Nous verrons si Ngannou obtient ensuite Jon Jones, ou une trilogie Stipe Miocic, ou s’il pousse vraiment pour un match de boxe (probablement au mécontentement de Dana).

Le co-événement principal était une pure folie. Brandon Moreno et Deiveson Figueiredo ont encore une fois eu un classique absolu et l’atmosphère pro-Moreno a donné l’impression d’être la véritable tête d’affiche. Pas mal pour une division qui a failli disparaître, hein ? Quoi qu’il en soit, moins d’un an après que Figueiredo ait perdu son titre de poids mouche dans un match revanche déséquilibré contre Moreno, le Brésilien a pris une décision unanime dans ce qui était essentiellement un territoire hostile pour récupérer la ceinture.

Ce fut une bataille si acharnée avec des sautes d’élan spectaculaires d’une minute à l’autre au fil des rounds. Figueiredo a eu beaucoup de succès avec des coups de pied au mollet sur la jambe de tête de Brandon, tandis que Moreno envoyait des coups durs dans les bagarres et sur le comptoir au point où il avait vacillé Deiveson à quelques reprises. Les bousculades entre les deux étaient incroyables et difficiles à suivre. Cependant, Figueiredo a été crédité de trois renversements, dont un lourd au 3e tour qui a transformé un tour Moreno en un tour Figueiredo et s’est avéré être le facteur décisif sur les tableaux de bord. Je l’ai eu 48-47 Figueiredo, mais Moreno aurait pu avoir un cas pour gagner. De toute évidence, la foule partisane a détesté le résultat et a hué Figueiredo lors de son interview, mais ce ne sont pas eux les juges.

Pourquoi ne devrions-nous pas avoir un quatrième combat entre les deux? Le premier était un classique qui s’est terminé par un match nul (que je prétends que Figueiredo aurait dû gagner), le second était une éruption, la trilogie aurait pu aller dans les deux sens mais est finalement allée à Figgy, et maintenant le score est 1- 1-1. Désolé pour Alexandre Pantoja, mais il devra attendre un peu pour que nous puissions regarder ces deux-là une fois de plus. C’est une rivalité que je ne pense pas que quiconque puisse se lasser de voir.

Carte principale

  • Michel Pereira et Andre Fialho ont jeté, et comme c’était le thème de la carte, c’était super à regarder. Pereira a été mis sous pression et dépassé par Fialho au premier tour, puis il a juste collé le Portugais avec des tirs lourds tout au long du second et a tout fait sauf l’assommer. Des genoux, des coups de pied, des coudes et des coups de poing brutaux, ainsi que l’habituel ensemble de flashiness de Pereira… et pourtant Fialho a survécu. Le troisième tour était serré mais semblait être celui de Michel, et il a pris le W sur les tableaux de bord.
  • WOW! Dit que Nurmagomedov battant Cody Stamann n’est pas une surprise étant donné qu’il était favori, mais le tapant en moins d’une minute ?! C’est impressionnant. Stamann n’avait été arrêté qu’une seule fois avant cette soirée – l’étirement Suloev d’Aljamain Sterling vous dit quelque chose? – et Said a enfermé cette guillotine en un rien de temps. Khabib est peut-être à la retraite, mais faites attention à son cousin car il a une fiche de 4-1 lors de ses cinq premières apparitions à l’UFC, et c’est sa meilleure victoire à ce jour.
  • Tout allait bien pour Trevin Giles lors de ses débuts en poids welter … jusqu’à ce que ce ne soit plus le cas. Il a secoué Michael Morales dans les 35 premières secondes, puis a choisi de le décrocher, et au sol, il a cherché un étranglement bras-triangle à la fois du haut et après avoir été renversé sur le dos. L’étranglement n’a pas fonctionné et vers la fin du premier tour, il a été lâché deux fois et assommé par le natif de l’Équateur. Morales est toujours invaincu, alors que Giles a été mis KO deux fois de suite dans deux catégories de poids.

Préliminaires

  • Le préliminaire présenté était un feu brûlant et nous avons eu un sacré bouleversement. Le vétéran des poids coq Victor Henry a finalement été appelé lors de son 27e combat professionnel et à l’âge de 34 ans, et il a profité au maximum de sa première fois sous les projecteurs de l’UFC. Henry a eu une bataille en trois rounds extrêmement divertissante avec Raoni Barcelos, blessant le Brésilien à plusieurs reprises tout en montrant son propre menton de granit pour remporter la victoire par décision. Il a combattu partout dans le monde et a affronté de nombreux noms familiers (Albert Morales, Masanori Kanehara, Kyler Phillips pour n’en nommer que quelques-uns) et c’est génial de voir Victor l’emporter et obtenir une victoire de grande qualité dans l’Octogone.
  • Mince! Les débuts de Jack Della Maddalena à l’UFC étaient aussi bons qu’annoncés. Le remplaçant à court préavis Pete Rodriguez a été ensanglanté et a éclaté tout le combat par l’espoir australien des poids welters, et finalement une main gauche a mis Rodriguez à terre pour de bon. C’était une démonstration confiante et impressionnante de frappe et il a à peine transpiré. Jack a 11 victoires consécutives et il est à surveiller lorsque l’on regarde les meilleurs espoirs de l’UFC pour 2022.
  • Peu importe combien de guillotines Saimon Oliveira a essayé, Tony Gravely n’allait pas taper. Le lutteur poids coq a abattu à plusieurs reprises le nouveau venu brésilien, a parfois décroché de bons coups au sol, a résisté aux attaques sauvages d’Oliveira aux pieds et a prévalu par décision de blanchissage. Gravely est un talent sous-estimé sur cette liste UFC et cela vous montre une fois de plus à quel point le poids coq masculin est profond.
  • Genaro Valdez devait-il de l’argent à Mike Beltran ou quoi ? Matt Frevola et Valdez sont entrés en guerre mais c’est très vite devenu à sens unique. Pas un, pas deux, pas trois, mais QUATRE renversements crédités pour Frevola en quelques minutes seulement. Valdez a pris beaucoup trop de coups pour son propre bien et l’arrêt a été tardif. Frevola s’est battu comme s’il avait refoulé sa frustration après n’avoir pas gagné depuis 2019, et il a déclenché l’enfer sur terre à Valdez.
  • Quel retour et quelle interview ! Vanessa Demopoulos avait l’air d’être détruite lorsqu’elle a été renversée par Silvana Gomez Juarez… puis la prochaine chose que vous savez, elle a une victoire au brassard ! Pour couronner le tout, Demopoulos était vraiment très excité de voir Joe Rogan, et était porté dans ses bras à la fin de l’entretien. C’était une tournure des événements tellement amusante et un grand rallye de Demopoulos. Si vous ne saviez pas que la pole dance pouvait tellement aider avec le jiu-jitsu… maintenant tu sais.
  • Pour lancer la carte de ce soir, la poids mouche féminine Jasmine Jasudavicius a prévalu lors de ses débuts à l’UFC avec une solide victoire par décision sur Kay Hansen, qui a juste semblé physiquement surpassée au cours des deux premiers tours et a eu du mal avec le jeu au sol de Jasmine. Marquez un pour Jasudavicius et pour le MMA canadien.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*