Naftogaz dit que l’OPEP est du mauvais côté de l’histoire

Le PDG de Naftogaz, Yuriy Vitrenko, a déclaré que l’OPEP était du mauvais côté de l’histoire en choisissant de rester avec la Russie.

Édition du futur | Édition du futur | Getty Images

Le directeur général du géant ukrainien de l’énergie, Naftogaz, a déclaré que le groupe de producteurs de pétrole OPEP était du mauvais côté de l’histoire en choisissant de rester avec la Russie pour stabiliser les marchés de l’énergie.

S’adressant à Hadley Gamble de Avresco lors du Forum économique mondial de Davos lundi, le PDG de Naftogaz, Yuriy Vitrenko, a averti le groupe de pays exportateurs dominé par le Moyen-Orient de reconnaître l’assaut du Kremlin en Ukraine comme un défi à leur richesse.

Lorsqu’on lui a demandé si l’OPEP risquait d’être en décalage avec la communauté internationale face à l’invasion largement condamnée de la Russie, Vitrenko a répondu : « Oui, il semble qu’ils soient du mauvais côté de l’histoire ».

« Ils ont un intérêt direct dans le développement économique du monde, dans la durabilité du monde et Poutine conteste cette durabilité. Il conteste leur richesse. Peut-être qu’ils ne le comprennent pas pour le moment, mais si nous vivons dans le monde dans lequel Poutine veut que nous vivions, il n’y aura pas de richesse pour les pays du Golfe », a-t-il poursuivi.

« Encore une fois, tout ce qu’ils ont construit pendant des années va tout simplement disparaître. Ils doivent en être pleinement conscients », a déclaré Vitrenko.

Un porte-parole de l’OPEP n’était pas disponible dans l’immédiat pour commenter.

Les gouvernements du monde entier ont imposé un barrage de sanctions punitives sans précédent et rompu les liens économiques avec la Russie en réponse à la guerre du président Vladimir Poutine avec l’Ukraine. Cependant, l’OPEP ne semble pas disposée à prendre des mesures similaires contre Moscou.

La Russie est un partenaire clé de l’alliance énergétique élargie de l’OPEP+ et est elle-même un important exportateur de pétrole.

La cheville ouvrière de l’OPEP, l’Arabie saoudite, a précédemment déclaré que le groupe garderait la politique à l’écart de ses décisions de production.

S’adressant à Avresco fin mars, le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdulaziz bin Salman bin Abdulaziz, a déclaré que l’existence même de l’OPEP dépendait de la séparation de sa mission de stabilisation des prix du pétrole des autres facteurs géopolitiques.

— Elliot Smith de Avresco a contribué à ce rapport.

Suivez Avresco International sur Twitter et Facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*