Ce que vous devez savoir sur SLS, Orion

La NASA prévoit de lancer lundi la mission Artemis I depuis le Kennedy Space Center en Floride, envoyant la fusée Space Launch System (SLS) et la capsule Orion dans un voyage de plus d’un mois autour de la lune. —

Le lancement sans équipage marque les débuts de la fusée la plus puissante jamais assemblée et donne le coup d’envoi du retour tant attendu de la NASA à la surface de la lune. Il s’agit de la première mission du programme lunaire Artemis de la NASA, qui devrait faire atterrir les astronautes de l’agence sur la Lune lors de sa troisième mission en 2025.

Bien qu’Artemis I ne transporte pas d’astronautes et n’atterrisse pas sur la lune, la mission est essentielle pour démontrer que la fusée monstre et la capsule spatiale de la NASA peuvent offrir les capacités promises. Artemis I a été retardé pendant des années, le programme dépassant le budget de plusieurs milliards.

La fusée Artemis I Moon de la NASA est déployée sur le Launch Pad Avresco 39B au Kennedy Space Center, à Cap Canaveral, en Floride, le 16 août 2022.

Chandan Khanna | AFP | Getty Images

La mission Artemis I représente un tournant crucial dans les plans lunaires de la NASA.

Malgré les retards et absorbant une grande partie du budget relativement modeste de la NASA selon les normes des agences fédérales, le programme Artemis a bénéficié d’un fort soutien politique bipartite.

En 2012, les responsables ont estimé que la fusée SLS coûterait 6 milliards de dollars pour se développer, faire ses débuts en 2017 et porter un prix de 500 millions de dollars par lancement. Mais la fusée vient tout juste de faire ses débuts, son développement ayant coûté plus de 20 milliards de dollars, et son prix par lancement a grimpé à 4,1 milliards de dollars.

L’inspecteur général de la NASA, son auditeur interne, a déclaré plus tôt cette année qu’Artemis n’est pas le programme lunaire « durable » que les responsables de l’agence disent qu’il est. Le chien de garde a découvert que plus de 40 milliards de dollars avaient déjà été dépensés pour le programme et que la NASA devrait dépenser 93 milliards de dollars pour l’effort jusqu’en 2025 – lorsque le premier atterrissage est prévu.

Mais même cette date de 2025 est incertaine, selon l’inspecteur général de la NASA, qui a déclaré qu’il est peu probable que les technologies de développement nécessaires pour atterrir sur la surface de la lune soient prêtes avant 2026, au plus tôt.

Le plan Artemis de la NASA repose également sur le succès d’une autre fusée monstre : le Starship de SpaceX. L’année dernière, l’agence a attribué à SpaceX un contrat de 2,9 milliards de dollars pour développer une version spécifique à la lune de la fusée pour servir d’atterrisseur lunaire d’équipage pour la mission Artemis III.

SpaceX a commencé à tester sérieusement son vaisseau spatial Starship en 2019, mais cette fusée n’a pas encore atteint l’orbite.

Une multitude d’entrepreneurs aérospatiaux à travers les États-Unis prennent en charge le matériel, l’infrastructure et les logiciels de l’Artemis I de la NASA – Boeing, Lockheed Martin, Northrop Grumman, Aerojet Rocketdyne et Jacobs dirigent l’effort. Selon la NASA, le programme Artemis soutient environ 70 000 emplois à travers le pays.

Plusieurs centres de la NASA sont également impliqués, au-delà de Kennedy en tant que site de lancement – ​​y compris le siège de DC, Marshall en Alabama, Stennis dans le Mississippi, Ames en Californie et Langley en Virginie.

Dans le cas où des problèmes techniques ou des conditions météorologiques retarderaient la tentative de lancement du 29 août, la NASA a des dates de lancement de secours prévues pour les 2 et 5 septembre.

Voici ce que vous devez savoir sur le lancement :

La fusée : SLS

La méga fusée lunaire SLS de la NASA surmontée du vaisseau spatial Orion sort du bâtiment d’assemblage de véhicules du Kennedy Space Center en route pour lancer le complexe 39B pour une répétition de lancement le 17 mars 2022 à Cap Canaveral, en Floride.

Paul Hennessy | Agence Anadolu | Getty Images

Debout aussi haut qu’un gratte-ciel à 322 pieds de haut, la fusée SLS est un véhicule complexe construit sur des technologies utilisées et améliorées par les programmes Space Shuttle et Apollo de la NASA.

Entièrement alimenté, le SLS pèse 5,7 millions de livres et produit jusqu’à 8,8 millions de livres de poussée, soit 15 % de plus que les fusées Saturn V du siècle dernier. SLS utilise quatre moteurs RS-25 à carburant liquide, qui ont volé sur la navette spatiale avant d’être remis à neuf et mis à niveau, ainsi qu’une paire de propulseurs à fusée solide.

L’étage central de SLS tire sa couleur orange du système de protection thermique qui le recouvre, qui est une mousse isolante pulvérisée. Pour les trois premières missions Artemis, la NASA utilise une variante de SLS connue sous le nom de Block 1. Pour les missions ultérieures, la NASA prévoit de déployer une variante encore plus puissante, connue sous le nom de Block 1B.

La capsule : Orion

Le vaisseau spatial Orion de la NASA

Source : Nasa

La capsule Orion de la NASA peut transporter quatre astronautes en mission jusqu’à 21 jours sans s’amarrer à un autre vaisseau spatial. En son cœur se trouve le module d’équipage, qui est conçu pour supporter les conditions difficiles du vol dans l’espace lointain.

Après le lancement, Orion est alimenté et propulsé par le module de service européen, qui a été construit par l’Agence spatiale européenne et l’entrepreneur Airbus.

Pour Artemis I, il y aura trois mannequins à l’intérieur de la capsule Orion pour collecter des données via des capteurs sur ce que les astronautes vivront lors du voyage vers et depuis la lune. Le retour sur Terre sera particulièrement crucial, car Orion rentrera dans l’atmosphère terrestre à environ 25 000 milles à l’heure. Un bouclier thermique protège l’extérieur d’Orion, et un ensemble de parachutes le ralentira pour un atterrissage par éclaboussures dans l’océan

La mission autour de la lune

La fusée Artemis I Moon de la NASA se trouve au Launch Pad Avresco 39B au Kennedy Space Center, à Cap Canaveral, en Floride, le 15 juin 2022.

Eva Marie Uzcategui | AFP | Getty Images

Artemis I parcourra environ 1,3 million de kilomètres en 42 jours, en plusieurs phases. Après s’être séparée de SLS, la capsule déploiera des panneaux solaires et entamera un voyage de plusieurs jours vers la lune – au départ de l’orbite terrestre dans ce que l’on appelle une « injection trans-lunaire ».

La NASA prévoit de faire voler Orion à 60 miles au-dessus de la surface de la lune, avant de se déplacer sur une large orbite autour du corps lunaire. Pour revenir, Orion utilisera la gravité de la lune pour l’aider à définir une trajectoire de retour dans l’orbite terrestre.

Orion devrait plonger dans l’océan Pacifique – au large de San Diego, en Californie – où une équipe de personnel de la NASA et du ministère de la Défense récupérera la capsule.

En plus des mannequins à bord d’Orion, Artemis I transporte plusieurs charges utiles telles que des satellites cubes, des démonstrations technologiques et des enquêtes scientifiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*