Les classiques occidentaux qui ont inspiré Rob Zombie lors des rejets du diable

« The Devil’s Rejects » est avant tout une histoire de vengeance. Il suit la famille Firefly alors qu’elle fuit un shérif essayant de venger la mort de son frère. « Il était une fois dans l’Ouest » est aussi une histoire de vengeance qui suit un solitaire (Bronson) pour tuer un homme ignoble en noir (Fonda) qui, nous le découvrons, a tué son frère. La principale différence entre les deux films, du point de vue de l’intrigue, est que nous voyons la plupart de « The Devil’s Rejects » du point de vue des tueurs, mais c’est là qu’intervient une autre série d’influences de la fin des années 60 et du début des années 70.

S’adressant au site EatMyBrains.com au nom merveilleux, Zombie a parlé de l’influence de Leone ainsi que d’un autre classique surprenant : « Bonnie and Clyde ».

« C’est drôle, mais quand j’étais en pré-production avec l’équipe, je n’ai jamais fait référence à un film d’horreur. Parce que ma plus grande peur quand j’embauchais le chef décorateur ou le costumier, c’est qu’ils regardent des films d’horreur et je ne l’ai pas fait. Je voulais ce look ou cette sensation. Je laisserais cette partie à moi et je ne voulais pas qu’ils tombent dans les conventions du genre. Alors je leur dirais d’aller regarder « Once Upon a Time in the West »,  » Bonnie and Clyde’ ou ‘The Gauntlet.' »

« Bonnie and Clyde » devrait avoir beaucoup de sens, car il place également les meurtriers en tant que protagonistes de l’histoire. Il convient également de noter que la fin de « Rejects » fait écho à « Bonnie and Clyde » ainsi qu’à « Butch Cassidy and the Sundance Kid ».

Ainsi, en regardant en dehors du genre, Zombie a créé un type unique d’image d’horreur qui se démarque du reste de son travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*