Les garde-côtes américains repèrent un croiseur lance-missiles chinois au large d’une île de l’Alaska

ANCHORAGE, Alaska – Un navire de la Garde côtière américaine en patrouille de routine dans la mer de Béring a croisé un croiseur lance-missiles en provenance de Chine, ont annoncé lundi des responsables.

Mais il s’est avéré que le croiseur n’était pas seul alors qu’il naviguait à environ 86 milles au nord de l’île Kiska en Alaska, le 19 septembre.

Deux autres navires de la marine chinoise et quatre navires de la marine russe, dont un destroyer, ont été repérés en formation unique, a découvert le patrouilleur, connu sous le nom de cotre appelé Kimball.

Le Kimball, basé à Honolulu, un navire de 418 pieds (127 mètres), observé alors que les navires rompaient leur formation et se dispersaient. Un C-130 Hercules a fourni un soutien aérien au Kimball depuis la station de la Garde côtière à Kodiak.

« Bien que la formation ait fonctionné conformément aux règles et normes internationales, nous rencontrerons la présence avec présence pour nous assurer qu’il n’y a pas de perturbation des intérêts américains dans l’environnement maritime autour de l’Alaska », a déclaré le contre-amiral Nathan Moore, commandant du dix-septième district de la Garde côtière.

La Garde côtière a déclaré que les directives de l’opération Frontier Sentinel appellent à une «présence avec présence» lorsque des concurrents stratégiques opèrent dans et autour des eaux américaines.

Le Kimball continuera de surveiller la zone.

La Garde côtière n’a pas immédiatement répondu aux questions sur l’incident de l’Associated Press.

La formation chinoise et russe est intervenue un mois après que le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a mis en garde contre l’intérêt de la Chine pour l’Arctique et le renforcement militaire de la Russie dans cette région.

Stoltenberg a déclaré que la Russie a mis en place un nouveau commandement de l’Arctique et a ouvert des centaines de sites militaires arctiques nouveaux et anciens de l’ère soviétique, y compris des ports et des aérodromes en eau profonde.

La Chine s’est déclarée un État «proche de l’Arctique» et prévoit de construire le plus grand brise-glace du monde, a-t-il déclaré.

« Pékin et Moscou se sont également engagés à intensifier la coopération pratique dans l’Arctique. Cela fait partie d’un partenariat stratégique approfondi qui remet en question nos valeurs et nos intérêts », a déclaré M. Stoltenberg lors d’une visite dans le Nord canadien.

Ce n’était pas la première fois que des navires de la marine chinoise naviguaient près des eaux de l’Alaska. En septembre 2021, des garde-côtes de la mer de Béring et de l’océan Pacifique Nord ont rencontré des navires chinois, à environ 50 milles des îles Aléoutiennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*