Biden White House se prépare à prendre des mesures exécutives pour protéger les «rêveurs» du DACA

La Maison Blanche se prépare à prendre des mesures exécutives pour protéger des centaines de milliers d’immigrants connus sous le nom de « Dreamers », ont déclaré des personnes proches de la Maison Blanche à Avresco News, alors que l’administration Biden se prépare à une défaite potentielle devant le tribunal qui pourrait mettre fin à la Décennie vieille de dix ans. Programme d’action pour les arrivées d’enfants.

La planification s’est intensifiée ces derniers jours avant une décision sur l’avenir du programme de la 5e Cour d’appel du circuit des États-Unis, peut-être dans quelques jours. L’enjeu est la capacité de plus de 600 000 personnes protégées par le programme, connu sous le nom de DACA, à continuer à vivre et à travailler aux États-Unis sans crainte d’expulsion. Le panel conservateur de juges est presque certain de déclarer que le DACA est illégal. Bien que l’administration Biden fasse probablement appel de l’ordonnance, la Cour suprême a indiqué qu’elle serait d’accord avec une décision du 5e circuit qui met fin au programme de l’ère Obama.

Avec peu d’options pour agir seule, l’administration Biden prépare des mesures qui pourraient continuer à protéger de l’expulsion – au moins temporairement – ​​les immigrants qui ont été amenés aux États-Unis alors qu’ils étaient enfants mais n’ont pas de statut légal et ont obtenu des protections dans le cadre du programme DACA.

L’ordonnance ordonnerait aux services de l’immigration et des douanes de donner la priorité à l’expulsion des bénéficiaires du DACA et de s’abstenir de les expulser s’ils ne sont pas considérés comme des menaces pour la sécurité publique ou la sécurité nationale.

Mais l’ordre pourrait facilement être renversé par une autre administration. Lorsque la Cour suprême a décidé en 2020 d’empêcher l’administration Trump de mettre fin au DACA, l’opinion majoritaire, rédigée par le juge en chef John Roberts, a déclaré que l’administration Trump avait mis fin au programme dans le mauvais sens. Les experts juridiques estiment que le tribunal, désormais plus conservateur, décidera finalement que le DACA lui-même est illégal, notamment parce qu’il autorise l’autorisation de travail pour les migrants sans papiers.

Sans action du Congrès, les autorisations de travail du programme sont presque certaines de prendre fin. Les experts en immigration disent que des milliers de personnes pourraient brusquement perdre leur capacité à gagner leur vie aux États-Unis

« DACA a été menacé dans le passé, mais l’affaire actuelle devant la 5e Circuit Court est la menace la plus grave à ce jour », a déclaré Todd Schulte, président et directeur exécutif de FWD.US, une organisation politique bipartite qui plaide pour le progrès réforme de l’immigration. « Si le Congrès n’adopte pas de législation cette année, il est probable que près de 700 000 bénéficiaires du DACA risquent d’être contraints de quitter leur emploi et d’être menacés d’expulsion. Si le 5e circuit se prononce contre le DACA, 1 000 bénéficiaires existants du DACA risquent de perdre leur capacité légale à travailler chaque jour ouvrable au cours des 24 prochains mois.

La planification d’une éventuelle défaite judiciaire fait écho à une stratégie que l’administration a tenté d’utiliser après que la Cour suprême a annulé Roe v. Wade il y a trois mois. Après cette décision, le président Joe Biden a signé un décret exécutif et les agences fédérales ont pris des mesures pour tenter de préserver l’accès à l’avortement dans la mesure du possible, bien que certains militants du droit à l’avortement aient toujours critiqué la Maison Blanche pour avoir semblé non préparée.

Dans l’affaire DACA, une décision décevante pour les partisans semble plus probable qu’improbable, ont déclaré les défenseurs de l’immigration. Non seulement le 5e circuit a déjà statué défavorablement sur la position de l’administration Biden dans une affaire connexe, mais toute décision est également susceptible de faire l’objet d’un appel devant la Cour suprême, où la majorité conservatrice devrait se prononcer contre le DACA.

La Maison Blanche Biden a exhorté à plusieurs reprises les législateurs à agir pour protéger les bénéficiaires du DACA, qui sont communément appelés «Dreamers» sur la base de propositions jamais adoptées au Congrès appelées DREAM Act, et à réviser plus largement les lois sur l’immigration, mais il n’y a aucun signe que le Congrès se penchera sérieusement sur la question dans un proche avenir.

Le président du Comité judiciaire du Sénat, Dick Durbin, D-Ill., A déclaré mardi qu’il avait récemment parlé au secrétaire à la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, de la décision à venir du DACA. Il n’a pas dit ce que le Congrès était prêt à faire si le DACA était résilié.

«Je pense que le sentiment national est fort en faveur des« Rêveurs »et des bénéficiaires du DACA. Et si quelque chose de terrible sort du 5e circuit, je pense que cela pourrait être un problème en novembre », a déclaré Durbin, faisant référence aux élections de mi-mandat de novembre.

La sénatrice Kyrsten Sinema, D-Arizona, qui s’est souvent opposée à son parti sur des propositions législatives clés, a déclaré qu’elle aimerait se concentrer sur la réforme de l’immigration après les élections de novembre.

« La réalité est que nous devons répondre à la fois à nos besoins en matière de sécurité et à nos besoins en main-d’œuvre », a-t-elle déclaré lundi dans un discours au McConnell Center. Se référant au sénateur John Cornyn, R-Texas, elle a ajouté: « Et j’espère pouvoir m’associer à mon ami John et livrer quelque chose dans les prochains mois ou quelques années. »

En 2021, Sinema et Cornyn avaient dévoilé conjointement un projet de loi bipartite sur l’immigration répondant à l’afflux de migrants à la frontière.

De même frustré par l’inaction de l’immigration au Congrès, l’ancien président Barack Obama a créé le programme DACA en 2012 par une action exécutive pour protéger les personnes qui ont été amenées aux États-Unis sans citoyenneté ni résidence en tant qu’enfants. Le programme a fait l’objet d’intenses batailles judiciaires depuis, laissant les participants dans un état quasi constant de vide juridique.

Depuis l’année dernière, le programme a été fermé aux nouveaux candidats après une décision de justice déclarant que le DACA était illégal mais continuait de protéger les bénéficiaires existants pendant que l’affaire était devant les tribunaux.

Cette année, l’administration Biden a publié de nouvelles réglementations pour renforcer les fondements juridiques du DACA et améliorer ses perspectives de survie devant les tribunaux, bien qu’il ne soit pas clair si cela suffira à sauver le programme.

Un porte-parole de la Maison Blanche n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

Julie Tsirkin et Frank Thorp V contribué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*