Chauffer les maisons à l’hydrogène n’est ni bon marché ni écologique

[ad_1]

Lorsqu’il s’agit de décarboner le chauffage domestique, l’hydrogène est pire que les alternatives telles que l’énergie solaire à tous points de vue : il est moins économique, moins efficace, plus gourmand en ressources et a un impact environnemental plus important. C’est le résultat d’une revue qui a analysé 32 études indépendantes.

Le chauffage des maisons, de l’industrie et d’autres applications représente environ 50 % de la consommation totale d’énergie dans le monde. 60% de cette demande est couverte par les énergies fossiles. L’hydrogène zéro carbone ou vert – hydrogène produit sans générer d’émissions de carbone – a été salué comme un substitut au gaz naturel dans ce secteur. Les gouvernements ont lancé des stratégies nationales sur l’hydrogène pour introduire davantage de gaz dans le chauffage domestique. Fin 2021, le Royaume-Uni a montré qu’il pouvait mélanger en toute sécurité 20 % d’hydrogène avec du méthane et le livrer au réseau. Le projet a été considéré comme un succès et sa deuxième étape, achevée en juin 2022, est en attente d’évaluation.

Mais injecter de l’hydrogène dans le réseau n’est pas le meilleur moyen de décarboner le chauffage domestique, écrit Jan Rosenow, directeur des programmes européens de l’organisation non gouvernementale Regulatory Assistance Project. Il a analysé 32 études indépendantes – celles qui n’ont pas été menées par ou au nom de l’industrie de l’énergie – et n’a trouvé aucune preuve soutenant l’utilisation généralisée de l’hydrogène pour le chauffage.

Globalement, il faut environ cinq fois plus d’électricité pour chauffer une maison avec de l’hydrogène qu’avec une pompe à chaleur individuelle ou via un réseau de chauffage urbain alimenté par une pompe à chaleur. L’hydrogène a des coûts énergétiques plus élevés que les pompes à chaleur ou l’énergie solaire car sa production nécessite beaucoup d’électricité. Il est également susceptible d’être plus cher pour les consommateurs. L’hydrogène nécessite une infrastructure d’approvisionnement vaste, complexe et gourmande en ressources, ce qui augmente son impact sur l’environnement.

Rosenow souligne qu’il existe d’autres utilisations plus importantes pour l’hydrogène vert, notamment comme matière première chimique et pour le stockage d’énergie à long terme – des applications qui ont peu d’autres alternatives pour la décarbonisation. Il avertit les décideurs politiques de voir au-delà du battage médiatique et de « considérer attentivement les recherches existantes avant d’allouer des fonds publics importants au chauffage à l’hydrogène ».

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*