Portrait d’un sculpteur éreinté de Michelle Williams [NYFF]

« Showing Up » n’a rien de grandiose. Il se concentre sur la petitesse de la vie quotidienne d’une artiste orégonienne, qui dégouline parfois grossièrement ses glands dramatiques dans sa vie. Les limites de la bande passante professionnelle de Lizzie sont particulièrement testées lorsque son ami propriétaire finit par sauver le pigeon susmentionné et oblige le sculpteur à garder l’oiseau en convalescence, niché dans une boîte en carton contenant de l’eau et des graines pour oiseaux. Lizzie est un peu trop polie ou fière pour admettre qu’elle a d’abord préféré que le pigeon meure ailleurs, bien que son cœur change au cours du pigeon-sitting.

Il se passe aussi quelque chose dans la vie de famille de Lizzie qui recoupe la préparation de son exposition. Elle a un travail de jour dans un bureau d’école d’art où elle travaille sous la direction de sa mère ( Maryann Plunkett ), qui est un peu à l’écart des problèmes de Lizzie. Elle est très inquiète pour son père (Judd Hirsch), qui est séparé de sa mère, héberge deux vagabonds de passage, même si sa mère s’en fout. Pour ajouter à ses tensions familiales, son frère Sean (John Magaro) est supposé être un malade mental – il a lancé un projet de creuser une fosse dans sa cour.

D’autres choses tournent mal. Elle ne peut pas contrôler les résultats du four et une de ses sculptures en ressort brûlée, même si elle écoute attentivement lorsque son collègue (André Benjamin) lui assure que son imperfection peut être conservée. Reichardt ne se vautre pas dans les mésaventures, même lorsqu’elles montent vers une querelle climatique, bien que nous fassions une pause dans les déceptions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*