L’ancien chef de la sécurité d’Uber reconnu coupable d’avoir dissimulé une violation de données

Un jury de San Francisco a déclaré l’ancien responsable de la sécurité d’Uber Technologies Inc, Joe Sullivan, coupable d’entrave criminelle pour avoir omis de signaler un incident de cybersécurité en 2016 aux autorités, a confirmé mercredi un porte-parole du ministère de la Justice.

Sullivan, qui a été licencié d’Uber en 2017, a été reconnu coupable de deux chefs d’accusation, à savoir entrave à la justice et dissimulation délibérée d’un crime.

« Sullivan s’est efforcé de cacher la violation de données à la Federal Trade Commission (FTC) et a pris des mesures pour empêcher les pirates d’être arrêtés », a déclaré Stephanie Hinds, procureure américaine du district nord de Californie.

L’affaire concerne une violation des systèmes d’Uber qui a affecté les données de 57 millions de passagers et de chauffeurs. L’entreprise n’a pas divulgué l’incident pendant un an.

En juillet, Uber a accepté la responsabilité de dissimuler la violation et a accepté de coopérer avec le ministère public de Sullivan pour son rôle présumé dans la dissimulation du piratage, dans le cadre d’un accord avec les procureurs américains pour éviter des poursuites pénales.

L’avocat de Sullivan, David Angeli, et la FTC n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires de Reuters.

Sullivan a été initialement inculpé en septembre 2020. Les procureurs avaient déclaré à l’époque qu’il s’était arrangé pour payer aux pirates 100 000 $ en bitcoins et leur avait fait signer des accords de non-divulgation déclarant à tort qu’ils n’avaient pas volé de données.

Sullivan a également été accusé d’avoir dissimulé des informations aux responsables d’Uber qui auraient pu divulguer la violation à la FTC, qui avait évalué la sécurité des données de la société basée à San Francisco à la suite d’une violation en 2014.

En septembre 2018, Uber a payé 148 millions de dollars pour régler les réclamations des 50 États américains et de Washington, DC, selon lesquelles il était trop lent à divulguer le piratage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*