Demián Bichir dévaste en tant que père d’une fille vampire

Bien qu’il y ait beaucoup de divertissements, l’une des résurgences culturelles les plus importantes de cette année a été celle du vampire. D’une nouvelle saison de Ce que nous faisons dans l’ombre qui a marqué un retour en forme pour le spectacle à la récente première du déjà intrigant L’interview d’Anne Rice avec le vampire, la créature intemporelle a retrouvé une nouvelle vie. Il est normal que nous obtenions également une nouvelle version d’un vieux conte avec Laisse celui de droite dedans. Bien qu’il existe déjà à la fois un roman et deux adaptations cinématographiques, cette série Showtime emmène l’histoire dans de nouvelles directions audacieuses tout en s’inspirant de nombreux éléments familiers de l’intrigue. Certaines de ses déviations sont meilleures que d’autres, et il faut un certain temps pour trouver pleinement sa propre base narrative, bien qu’elle s’envole vers des destinations dynamiques une fois qu’elle le fait.

VIDÉO Avresco DU JOUR

L’une des modifications les plus importantes est celle du décor, car les communautés tranquilles des films susmentionnés sont remplacées par une ville de New York moderne. Marquer (Demian Bichir) retourne dans la région qu’il habitait avec sa fille vampire Eleanor (Madison Taylor Baez) après avoir été absent pendant près d’une décennie. Ne restant jamais au même endroit trop longtemps, le duo a dû rester seul et ne s’attacher à personne car ils pourraient être partis le lendemain. Lorsqu’ils arrivent pour la première fois à leur appartement, Eleanor est détenue dans une caisse et commence à avoir faim. Une fois qu’elle est libérée, Mark se précipite pour se couper pour lui donner du sang après le long voyage. C’est le plus petit des nombreux sacrifices qu’il a faits et continuera de faire pour la protéger à tout prix. Quand elle se calme après avoir bu le sang de son père, ils discutent de la façon dont ce sera un endroit où ils pourront réellement rester. C’est parce que Mark s’accroche à l’espoir qu’il puisse trouver un remède pour elle ici afin que ce ne soit pas le cas. toute sa vie. La relation qu’ils partagent, liée à jamais par la tragédie, est le cœur battant et sanglant de la série.

Le reste de l’expérience est un peu plus brouillon et atténue les luttes assez profondes des personnages. Vivant juste au bout du couloir se trouve Naomi (Anika Noni Rose) et son fils épris de magie Isaiah (Ian Contremaître) qui ont leurs propres défis de vie. Certains d’entre eux servent de miroirs sombres et poétiques de l’histoire originale, Isaiah étant victime d’intimidation à l’école et traitant d’un père absent, tandis que d’autres sont beaucoup moins convaincants. À savoir, Naomi est une policière qui a enquêté sur des événements mystérieux qui se déroulent dans la ville. Bien qu’il soit clair que cela est lié au fait que les vampires vivent dans ce monde, il manque bon nombre des mêmes points de base émotionnels et se sent comme un remplissage. Déconnectée de presque tout cela, Claire (Grace Gumer) qui a découvert que le frère qu’elle croyait mort est en fait aussi un vampire et a été maintenu en vie par son père malade Arthur (Zeljko Ivanek) dont elle est éloignée. Tous ces aspects du récit peuvent souvent traîner et, bien qu’il soit compréhensible qu’une émission de télévision ajoute des intrigues secondaires, elles ne vous attirent jamais autant que l’intrigue principale. Bien que tout cela finisse par être pertinent, il reste encore un peu de rembourrage à passer en premier qui commence à risquer de rendre toute l’expérience superficielle en conséquence.

CONNEXES: La première de « Let the Right One In » arrive tôt avec Showtime offrant le premier épisode gratuitement

Cependant, en visionnant les épisodes 1 à 5 ainsi que 7, lorsque tout commence à s’aligner, le spectacle peut s’avérer assez saisissant. Cela est dû en grande partie à la façon dont Bichir apporte un engagement discret mais non moins complet au personnage. Au-delà des moments que Mark partage avec sa fille, il y a des scènes fortes de lui seul, essayant de naviguer dans le lourd fardeau qu’il porte sur ses épaules. Nous témoignons davantage des craintes personnelles qu’il a sur ce que l’avenir lui réserve, à lui et à Eleanor. Il a fait des choses horribles pour qu’ils survivent, et nous pouvons voir le bilan que cela a commencé à faire lorsque les apparences qu’il garde pour elle tombent. L’une des rares personnes à qui il peut parler est Zeke, joué par le toujours gracieux Kévin Carroll, avec qui il partage une histoire. Lorsque les deux personnages ont juste un battement pour partager une conversation ensemble et se débattre avec l’obscurité qui se profile toujours, c’est quand nous commençons vraiment à voir des aperçus de Laisse celui de droite dedans à son meilleur. La façon dont les détails commencent lentement à émerger alors que Mark redécouvre son amour et son talent pour la cuisine est teintée de tristesse ; ce n’est pas quelque chose dans lequel il pourra jamais se jeter complètement. Il y aura toujours le péril dominant qui pourrait bientôt l’attendre, ainsi que tous ceux qu’il aime, s’il devait perdre de vue ce qu’il doit faire ne serait-ce qu’un instant.

Alors que l’émission exprime un intérêt pour l’origine de ce qui pousse les gens à devenir des vampires, cette boîte à puzzle est moins intéressante que de voir l’impact de la transformation à un niveau plus profond. Ce qui a rendu le film original, ainsi que le remake étonnamment bon, si distincts, c’est la façon dont ils ont mélangé le surnaturel à l’existentiel. Quelle est la valeur de vivre ainsi ? Que peut-on faire pour supporter d’avoir à détruire les autres juste pour survivre ? Plus l’histoire devenait dépouillée et concentrée, plus elle s’emparait de vous. Vous vous souciez tellement des personnages que la cruauté qu’ils ont à la fois subie et infligée a coupé les os. Il n’y avait pas de mystères plus larges à résoudre qui pourraient résoudre ce qui est essentiellement une malédiction qu’ils étaient condamnés à porter pour le reste de leur vie. C’était distinctement sombre tout en étant d’une beauté sombre en révélant les sombres vérités qui sous-tendent nos idées préconçues sur ce conte. Ce sont chacune des œuvres douloureuses qui ont épluché l’excès pour arriver à quelque chose de plus éternel et émotionnel sur la solitude qui peut venir d’être en vie depuis si longtemps.

Une grande partie de cela est perdue ici et empêche un spectacle toujours bon d’être le grand qu’il aspire à être. Heureusement, dans les derniers épisodes, cela commence à s’installer et à se concentrer davantage. En particulier, l’épisode 7 est une vedette qui fonctionne le mieux en raison de son recul pour se concentrer sur les personnages bien conçus. Plus que le matériel source, cela rappelait le film sous-vu de 2020 Mon coeur ne peut pas battre à moins que tu ne le dises dans la façon dont il s’immerge dans les coûts d’avoir à vivre presque entièrement pour un autre. Il atteint un moment spectaculaire et dévastateur qui est simple mais complètement écrasant. Bien qu’il ne puisse pas compenser complètement certains des faux pas qui l’ont précédé, ces types d’histoires contribuent grandement à aider le spectacle à tracer sa propre direction. Une fois que vous commencez à arrêter d’évaluer la série aux côtés des films et que vous vous laissez prendre par le sentiment croissant de connexion, il y a vraiment beaucoup à apprécier. Même si ce n’est peut-être pas ce à quoi vous vous attendiez, ou si vous parvenez à atteindre la barre haute fixée par les interprétations précédentes, il y a quelque chose dans Laisse celui de droite dedans qui se faufile sur vous quand vous vous y attendez le moins.

Évaluation: B

Vous pouvez regarder le premier épisode de Laisse celui de droite dedans à partir du 7 octobre sur Showtime, les neuf épisodes restants étant publiés chaque semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*