Le chimiste organique afghan qui ne peut pas rentrer chez lui

Abdul* a fui l’Afghanistan avec sa famille à l’âge de six ans et a grandi en Iran en tant que réfugié pauvre, mais, contre toute attente, il a remporté des concours scientifiques nationaux et est devenu l’un des premiers Afghans à étudier la chimie dans une université iranienne. Après être retourné dans son pays natal et avoir utilisé son expertise pour améliorer le pays pendant une bonne partie de la décennie, il se retrouve maintenant de retour en Iran à travailler sur un doctorat et coincé là-bas dans un doctorat interminable, incapable de subvenir à ses besoins ou à ceux de sa famille.

C’est la vie maintenant pour Abdul, un chimiste organique qui a prolongé son postdoctorat à l’université en Iran aussi longtemps que possible et a peur qu’un jour lui et sa famille soient forcés de retourner en Afghanistan où ils ne seront pas en sécurité. Abdul n’a pas été payé depuis un an et n’a nulle part où aller.

Lorsque les talibans ont pris le pouvoir en Afghanistan en 1996, les gens ont fui vers l’Iran voisin, où leurs enfants ont reçu une éducation inadéquate, dit Abdul. En réponse, il a dirigé un effort pour y établir la première école autonome pour les immigrants afghans, qui enseignait à plus de 200 enfants.

Après avoir obtenu un diplôme universitaire en chimie en 2002, Abdul est retourné en Afghanistan l’année suivante et a eu une brève carrière de journaliste. Puis, en 2004, il a commencé à travailler comme professeur de chimie dans une université en Afghanistan. L’année suivante, il fonde le département de chimie de l’université et en est le directeur jusqu’en 2010.

Naviguer sur des routes dangereuses

« Nous avons pu démarrer le laboratoire de chimie générale avec l’aide de donateurs », se souvient Abdul. Plus de 50 expériences de chimie ont été conçues pour les étudiants, mais aucune n’a jamais été réalisée.

La situation en Afghanistan s’est aggravée en 2010 et Abdul ne se sentait plus en sécurité. Pour se rendre à l’université, il a dû emprunter des routes depuis Kaboul qui sont devenues de plus en plus dangereuses lorsque les talibans ont mis en place des points de contrôle.

Heureusement, il a obtenu une bourse dans une université iranienne et a pu y obtenir une maîtrise en chimie organique en 2012. Ensuite, Abdul est retourné en Afghanistan et a repris l’enseignement à l’université.

«En tant que professeur actif dans le domaine des droits civils et humains, j’ai toujours donné des conférences et des interviews», raconte-t-il, notant qu’il s’exprimait librement. Puis, un avertissement est venu en 2014 que sa vie était en danger et qu’il avait de nouveau besoin d’une issue. Cette échappatoire était un programme de doctorat en chimie organique dans une université iranienne en 2015. Le visa étudiant d’Abdul a permis à sa femme et à ses trois enfants de le rejoindre en Iran, mais ses parents ont dû rester en Afghanistan.

Malheureusement, la pandémie de Covid-19 a considérablement ralenti la recherche doctorale d’Abdul, mais il a réussi à publier deux articles et à en soumettre deux autres pour publication. Il a également finalisé quatre autres projets de recherche.

Il est techniquement encore doctorant, mais le temps presse. Abdul a déjà reporté la soutenance de sa thèse à trois reprises, car une fois qu’il l’aura fait, il perdra son statut d’étudiant et ne pourra plus rester légalement en Iran. Mais maintenant qu’il est dans le programme de doctorat depuis 12 semestres, il ne peut plus prolonger son séjour en Iran. Abdul et sa famille ont besoin d’un visa pour se rendre dans un autre pays, ou ils doivent retourner en Afghanistan.

Chercher à l’étranger

Au cours de l’année écoulée, Abdul a contacté les ambassades en Iran et a tenté d’obtenir un visa humanitaire pour lui et sa famille – en vain. Il a également postulé pour des postes postdoctoraux en Europe, au Canada et aux États-Unis, mais a été accueilli soit par le silence, soit par le rejet.

En plus de la pression financière, Abdul est également sous la pression de son université pour quitter le dortoir où lui et sa famille vivent sur le campus. Ils n’ont pas d’argent pour louer ailleurs.

Après que les talibans ont renversé le gouvernement d’Ashraf Ghani en août 2021, Abdul dit que de nombreux professeurs et étudiants ont quitté le pays désespérés et que ceux qui sont restés ont peu d’espoir pour l’avenir.

Ses deux filles, qui ont maintenant 14 et 12 ans, ne veulent pas retourner en Afghanistan sous le régime des talibans. Ils craignent d’être persécutés et sévèrement limités là-bas. Abdul s’inquiète également de la façon dont son fils de six ans s’en sortirait en Afghanistan, ainsi que de sa femme et de lui-même, d’autant plus qu’ils sont membres de la minorité ethnique hazara persécutée.

« Les talibans sont fermement opposés à la science, et les professeurs des domaines scientifiques sont en grand danger », explique Abdul. « Ils coupent le salaire et les avantages de ceux qu’ils n’aiment pas et les menacent, et certains sont emprisonnés et torturés. » Il ajoute : « Il n’y a pas d’argent pour acheter du matériel et de l’équipement, et il n’y aura certainement pas de laboratoire pour les étudiants.

Abdul dit qu’il n’y a pas assez de programmes dédiés pour aider les universitaires comme lui qui sont déplacés, menacés et ont besoin d’aide dans le monde entier.

Organisation des besoins d’accompagnement

‘Non l’autorité soutient de manière indépendante les scientifiques en danger  », a déclaré Abdul Monde de la Chimie. « Les ambassades disent que nous recevons des demandes d’asile dans notre pays, et les Nations Unies disent qu’elles ne fournissent des services qu’aux immigrants, donc en tant que scientifique à risque, je ne rentre dans aucune catégorie de soutien. »

Abdul n’est pas seul. Un ancien haut fonctionnaire qui a travaillé à l’Académie des sciences d’Afghanistan sous le gouvernement Ghani, et a parlé à Monde de la chimie en août 2021, reste caché et n’a pas pu quitter l’Afghanistan. Récemment, sa voiture a été volée et il cherche de plus en plus désespérément à sortir.

Il a demandé de l’aide au Council for At-Risk Academics, une organisation caritative britannique créée il y a près de 90 ans à la suite de l’éviction par Hitler de centaines d’universitaires allemands pour des motifs raciaux. Mais l’organisation a cessé de traiter son dossier sans raison apparente, dit-il.

Dans le même temps, Scholars at Risk (Sar) – un réseau international d’institutions universitaires qui vise à défendre les droits humains des universitaires du monde entier – est inondé de demandes et semble incapable de l’aider ou d’aider d’autres personnes dans des situations similaires.

Sar dit qu’il a reçu des centaines de demandes d’assistance et que son personnel y travaille du mieux qu’il peut. Mais l’organisation affirme que les retards dans le traitement des visas par les pays d’accueil potentiels submergés par le volume considérable de demandes rendent tout extrêmement lent, et elle ne peut offrir aucune garantie, ni même espérer, qu’elle pourra fournir une aide ou un soulagement de sitôt.

*Son nom a été changé pour protéger son identité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*