La lettre d’adieu d’Andrea Agnelli – Avresco

Cela a agi comme un tremblement de terre en Italie, mais aussi dans le monde du football. Le président de la Juventus Andrea Agnelli et l’ensemble de son conseil d’administration ont décidé de démissionner ensemble. L’enquête « Prisma » serait à l’origine de tout cela mais, quoi qu’il en soit, les résultats sportifs ont été décevants avec notamment une élimination en phase de poules de la Ligue des champions. La gazette a détaillé la lettre qu’il a écrite, pour toute la famille turinoise.

« Chers tous, jouer pour la Juventus, travailler pour la Juventus ; un seul objectif : gagner. Ceux qui ont le privilège de porter le maillot de la Juventus le savent. Ceux qui travaillent pour l’équipe savent que le travail acharné l’emporte sur le talent si le talent ne travaille pas dur. La Juventus est l’un des plus grands clubs du monde et ceux qui y travaillent ou y jouent savent que le résultat est le résultat du travail de toute l’équipe. L’histoire et l’ADN nous ont habitués à gagner. Depuis 2010, nous avons honoré notre histoire en obtenant des résultats extraordinaires : le Stadium, neuf championnats masculins consécutifs, le premier en Italie à avoir une série Netflix et Amazon Prime, le J|Medical, cinq championnats féminins consécutifs depuis le jour zéro. Et encore, l’accord avec Volkswagen (peu de gens le savent), les finales de Berlin et de Cardiff (nos grands regrets), l’accord avec Adidas, la Coppa Italia Next Gen, le premier club à représenter des clubs au Comité Exécutif de l’Uefa, le J |Musée et bien plus encore. Des heures, des jours, des nuits, des mois et des saisons dans le but de toujours s’améliorer pendant quelques moments déterminants. Chacun de nous peut se souvenir du moment avant d’entrer sur le terrain : tu sors du vestiaire, tu tournes à droite, tu descends une vingtaine de marches avec un portail au milieu, tu montes encore une dizaine de marches et tu y es. : « el miedo esce’nico » et à ce moment-là, quand tu sais que tu as toute l’équipe avec toi, l’impossible devient possible. Bernabeu, Old Trafford, Allianz Arena, Westfallen Stadium, San Siro, Georgios Karaiskaks, Celtic Park, Camp Nou : partout où nous allions quand l’équipe était compacte, nous ne craignions personne. Quand l’équipe n’est pas compacte, on se prête à ses adversaires et cela peut être fatal. À ce moment-là, il faut être lucide et contenir les dégâts. Notre conscience sera leur défi : être à la hauteur de l’histoire de la Juventus. Je continuerai à imaginer et à travailler pour un meilleur football, conforté par une phrase de Friedrich Nietzsche : « Et ceux qu’on voyait danser étaient considérés comme des fous par ceux qui n’entendaient pas la musique ». N’oubliez pas, on se reconnaîtra partout d’un regard : Nous sommes le peuple de la Juve ! Jusqu’à la fin… « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*