Pape François : être homosexuel « n’est pas un crime », mais c’est quand même un péché

CITÉ DU VATICAN (AP) – Le pape François a critiqué les lois qui criminalisent l’homosexualité comme « injustes », affirmant que Dieu aime tous ses enfants tels qu’ils sont et a appelé les évêques catholiques qui soutiennent les lois à accueillir les personnes LGBTQ dans l’église.

« Être homosexuel n’est pas un crime », a déclaré Francis lors d’une interview exclusive mardi avec l’Associated Press.

François a reconnu que les évêques catholiques de certaines parties du monde soutiennent les lois qui criminalisent l’homosexualité ou discriminent la communauté LGBTQ, et il a lui-même évoqué la question en termes de « péché ». Mais il a attribué de telles attitudes aux origines culturelles et a déclaré que les évêques en particulier devaient subir un processus de changement pour reconnaître la dignité de chacun.

« Ces évêques doivent avoir un processus de conversion », a-t-il dit, ajoutant qu’ils devraient appliquer « la tendresse, s’il vous plaît, comme Dieu l’a fait pour chacun de nous ».

Les commentaires de François sont les premiers prononcés par un pape à propos de telles lois, mais ils sont cohérents avec son approche globale de la communauté LGBTQ et sa conviction que l’Église catholique devrait accueillir tout le monde et ne pas faire de discrimination.

Quelque 67 pays ou juridictions dans le monde criminalisent les activités sexuelles homosexuelles consensuelles, dont 11 peuvent ou imposent la peine de mort, selon The Human Dignity Trust, qui s’efforce de mettre fin à ces lois. Les experts disent que même là où les lois ne sont pas appliquées, elles contribuent au harcèlement, à la stigmatisation et à la violence contre les personnes LGBTQ.

Aux États-Unis, plus d’une douzaine d’États ont encore des lois anti-sodomie en vigueur, malgré une décision de la Cour suprême de 2003 les déclarant inconstitutionnelles. Les défenseurs des droits des homosexuels affirment que les lois désuètes sont utilisées pour harceler les homosexuels et pointent du doigt une nouvelle législation, telle que la loi « Ne dites pas gay » en Floride, qui interdit l’enseignement sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre de la maternelle à la troisième année, comme preuve d’efforts continus pour marginaliser les personnes LGBTQ.

Les Nations Unies ont appelé à plusieurs reprises à la fin des lois criminalisant purement et simplement l’homosexualité, affirmant qu’elles violent le droit à la vie privée et à la protection contre la discrimination et constituent une violation des obligations des pays en vertu du droit international de protéger les droits humains de tous, quelle que soit leur orientation sexuelle. ou l’identité de genre.

Déclarant de telles lois « injustes », François a déclaré que l’Église catholique peut et doit travailler pour y mettre fin. « Ça doit faire ça. Il doit le faire », a-t-il déclaré.

François a cité le Catéchisme de l’Église catholique en disant que les homosexuels doivent être accueillis et respectés, et ne doivent pas être marginalisés ou discriminés.

« Nous sommes tous des enfants de Dieu, et Dieu nous aime tels que nous sommes et pour la force que chacun de nous combat pour notre dignité », a déclaré François, s’adressant à l’AP dans l’hôtel du Vatican où il vit.

Les remarques de François précèdent un voyage en Afrique, où de telles lois sont courantes comme elles le sont au Moyen-Orient. Beaucoup datent de l’époque coloniale britannique ou s’inspirent de la loi islamique. Certains évêques catholiques les ont fermement soutenus comme étant conformes à l’enseignement du Vatican, tandis que d’autres ont appelé à leur annulation en tant que violation de la dignité humaine fondamentale.

En 2019, François devait publier une déclaration s’opposant à la criminalisation de l’homosexualité lors d’une réunion avec des groupes de défense des droits humains qui ont mené des recherches sur les effets de ces lois et des soi-disant «thérapies de conversion».

En fin de compte, après que la nouvelle de l’audience a été divulguée, le pape n’a pas rencontré les groupes. Au lieu de cela, le Vatican n° 2 l’a fait et a réaffirmé « la dignité de chaque personne humaine et contre toute forme de violence ».

Rien n’indique que François ait parlé de telles lois maintenant parce que son prédécesseur plus conservateur, le pape Benoît XVI, est récemment décédé. La question n’avait jamais été soulevée dans une interview, mais Francis a volontiers répondu, citant même les statistiques sur le nombre de pays où l’homosexualité est criminalisée.

Mardi, François a déclaré qu’il fallait faire la distinction entre un crime et un péché en ce qui concerne l’homosexualité.

« Ce n’est pas un crime. Oui, mais c’est un péché », a-t-il dit. « Bien, mais d’abord faisons la distinction entre un péché et un crime. »

« C’est aussi un péché de manquer de charité les uns envers les autres », a-t-il ajouté.

L’enseignement catholique soutient que si les homosexuels doivent être traités avec respect, les actes homosexuels sont « intrinsèquement désordonnés ». François n’a pas changé cet enseignement, mais il a fait de la sensibilisation de la communauté LGBTQ une caractéristique de sa papauté.

À commencer par sa célèbre déclaration de 2013, « Qui suis-je pour juger ? – lorsqu’on lui a posé des questions sur un prêtre prétendument gay – Francis a continué à s’occuper à plusieurs reprises et publiquement de la communauté gay et trans. En tant qu’archevêque de Buenos Aires, il a favorisé l’octroi de protections juridiques aux couples de même sexe comme alternative à l’approbation du mariage homosexuel, ce que la doctrine catholique interdit.

Malgré une telle sensibilisation, François a été critiqué par la communauté catholique LGBTQ pour un décret de 2021 du bureau de la doctrine du Vatican qui stipulait que l’église ne pouvait pas bénir les unions homosexuelles.

En 2008, le Vatican a refusé de signer une déclaration de l’ONU qui appelait à la dépénalisation de l’homosexualité, se plaignant que le texte dépassait la portée initiale. Dans une déclaration à l’époque, le Vatican a exhorté les pays à éviter la « discrimination injuste » contre les homosexuels et à mettre fin aux sanctions à leur encontre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*