Revue ‘Americana’ : Sydney Sweeney et Halsey dans un western contemporain qui subvertit astucieusement les attentes

[ad_1]

Le vol d’un précieux artefact amérindien déclenche une série de crimes violents en cascade dans Américaine, un western révisionniste qui se déroule dans l’actuel Dakota du Sud. Le scénariste-réalisateur Tony Tost apporte ses années d’expérience sur des séries épisodiques sur le même thème comme Damnation et Longmire à ses débuts en tant que réalisateur, un long métrage d’ensemble avec plusieurs scénarios qui se chevauchent. La prémisse de l’intrigue pour Américaine concerne une «chemise fantôme» de la nation Lakota, un vêtement confectionné à partir de peau d’animal qui était censé être doté de pouvoirs spéciaux pour les adeptes de la danse fantôme, un mouvement religieux amérindien de la fin du XIXe siècle.

Bien que stylistiquement et thématiquement un western, le ton comique limite du scénario de Tost, ainsi que la violence gratuite fréquente, les dialogues rapides et une structure narrative non linéaire, suggèrent Américaine est plus un drame policier hybride dans le moule de Tarantino. L’attrait du film pour les amateurs de genre devrait également être renforcé par l’apparition de l’auteur-compositeur-interprète multi-platine Halsey dans son premier rôle dramatique, une performance saisissante qui la voit facilement se débrouiller avec les meilleurs doublures Sydney Sweeney et Paul Walter Hauser.

Américaine

L’essentiel

Une nouvelle vision de l’héritage troublé du vieil ouest.

Lieu: SXSW Film Festival (Compétition de longs métrages narratifs)
Jeter: Sydney Sweeney, Paul Walter Hauser, Halsey, Eric Dane, Zahn McClarnon, Gavin Maddox Bergman, Simon Rex, Derek Hinkey, Toby Huss, Harriet Sansom Harris
Réalisateur-scénariste: Tony Tost

1h50

Halsey joue Mandy Starr, qui partage un double indescriptible avec son petit ami Dillon (Eric Dane), un petit capot incompétent, et le jeune fils Cal (Gavin Maddox Bergman). Avec sa vie dans une impasse apparente, Mandy ne veut même pas sortir du lit la plupart des matins, et encore moins s’occuper de Cal, un enfant en liberté qui aime insister sur le fait qu’il est la réincarnation de Sitting Bull. Lorsque le marchand d’antiquités peu scrupuleux Roy Lee Dean (Simon Rex) engage Dillon pour voler une précieuse chemise fantôme Lakota à un collectionneur privé lors d’une invasion de domicile sanglante, Mandy décide que la meilleure solution à ses problèmes est de le retirer de l’affaire et de revendre la chemise. se. Un coup de marteau habile à l’arrière de sa tête frappe Dillon, alors elle peut voler la chemise et décoller avec sa voiture musclée, laissant Cal derrière quand il refuse de l’accompagner.

Elle n’est pas la seule à prévoir de profiter de l’artefact amérindien : la serveuse locale Penny Jo (Sweeney) surprend Roy Lee en train de conclure un accord pour vendre la chemise fantôme pour un demi-million de dollars au restaurant où elle travaille et pense que cela pourrait financer ses rêves de célébrité de chanteuse country. Aux prises avec son bégaiement persistant, elle recrute Lefty Ledbetter (Hauser), un habitué du restaurant amoureux, pour l’aider à séparer Mandy de la chemise.

Calvin, quant à lui, rencontre de vrais Amérindiens, et une fois qu’il leur a parlé du vol de la chemise Lakota, Ghost Eye (Zahn McClarnon) et Hank Spears (Derek Hinkey) ont entrepris de récupérer leur héritage tribal, emmenant Calvin avec lui. assurance si sa mère avait besoin d’être persuadée. Avec Mandy en fuite, retournant au ranch du Wyoming de son père et Roy Lee à sa poursuite, toutes les parties sont prêtes à converger dans une sanglante bataille royale pour la possession de la chemise.

Tournant le Nouveau-Mexique pour le Dakota du Sud, Tost intègre les grands espaces, les conflits culturels et l’anarchie endémique typiques des westerns, tout en inversant les attentes conventionnelles en mettant au premier plan les perspectives amérindiennes sur certains des problèmes sociaux les plus épineux du film. Dans le même temps, les fusillades fréquentes, les choix d’armes inhabituels (arcs à poulies et flèches de chasse) et le nombre élevé de corps impliquent une subversion amusante et ironique du genre.

Avec ses cheveux coiffés d’un long mulet de corbeau, Halsey’s Mandy incarne le type de femmes émotionnellement marquées mais toujours tenaces largement célébrées dans la musique country, alors qu’elle s’efforce d’échapper à une vie de relations abusives, de subvenir aux besoins de son enfant et de faire quelque chose de décent. vie. Penny Jo, jouée par Sweeney avec une vulnérabilité et un courage touchants, fait elle-même face à des défis comparables, car son trouble de la parole interfère constamment avec ses relations personnelles, ne diminuant que lorsqu’elle chante ses chansons préférées de Dolly Parton. Hauser affiche une sensibilité similaire à l’ineptie romantique de Lefty et à son désir de se connecter, alors qu’il s’engage à faire tapis pour soutenir les aspirations de Penny Jo pour une carrière musicale à Nashville.

Alors que Américaine ne réinvente pas particulièrement le western, la représentation par Tost de personnages motivés par une cupidité sans entrave ou un besoin justifiable donne la parole à des segments souvent ignorés de la société alors qu’ils luttent pour l’agence et le respect – une qualité admirable dans n’importe quel genre narratif.

Crédits complets

Lieu : Festival du film SXSW (Projecteur narratif)
Sociétés de production : Bron Studios, Saks Picture Company
Avec : Sydney Sweeney, Paul Walter Hauser, Halsey, Eric Dane, Zahn McClarnon, Gavin Maddox Bergman, Simon Rex, Derek Hinkey, Toby Huss, Harriet Sansom Harris
Réalisateur-scénariste : Tony Tost
Producteur : Alex Saks
Producteurs exécutifs : Aaron L. Gilbert, Steven Thibault, Alison-Jane Roney, Jason Cloth, Paris Kassidokostas-Latsis, Terry Dougas, Jean-Luc De Fanti, Michael Williams, Suraj Maraboyina
Directeur de la photographie : Nigel Bluck
Chef décorateur : Russel Barnes
Costumière : Jillian Bundrick
Éditeur : Peter McNulty
Compositeur : David Fleming
Casting : Angélique Midthunder
Ventes : WME Indépendant

1h50


[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*