Raptors Fred VanVleet et OG Anunoby sur Game Faces, Grooming Rituals

[ad_1]

En tant que stars locales qui ont joué toute leur carrière au même endroit, OG Anunoby et Fred VanVleet sont des exceptions à la règle moderne du basket-ball professionnel. L’attaquant de 25 ans et le garde de 28 ans ont pratiquement grandi à Toronto, ce qui est de plus en plus rare dans une ligue qui semble rebattre les cartes tous les six mois.

VanVleet est venu en tant qu’agent libre non repêché qui a obtenu son chemin vers un contrat de camp d’entraînement des Raptors de Toronto en 2016, signant finalement le plus gros contrat qu’un joueur non repêché ait jamais reçu et devenant le cinquième All-Star non repêché de la ligue. Anunoby, quant à lui, a été sélectionné 23e au total par les Raptors de Toronto en 2017, commençant immédiatement les matchs en tant que défenseur principal avant de finalement devenir un candidat du joueur défensif de l’année et un étalon à double sens.

Pour cette pièce de marque avec Gillette, le partenaire officiel de rasage et de soin de la barbe des Raptors de Toronto, Avresco Canada a rencontré VanVleet et Anunoby, qui représentent respectivement #TeamStyled et #TeamSmooth, mettant en valeur leurs personnalités radicalement distinctes sur et en dehors du terrain. VanVleet utilise le rasoir officiel des Raptors de Toronto, le King C. Gillette Trimmer, tandis qu’Anunoby utilise le rasoir officiel des Raptors de Toronto, GilletteLabs avec le rasoir Exfoliating Bar, pour aider à obtenir leurs visages de jeu.

(Cette interview a été éditée et condensée pour plus de clarté.)

Le slogan de votre publicité Gillette est « choisissez votre visage de jeu ». En tant que joueur de basket et personnalité très visible, que signifie pour vous « game face » ?
Fred Van Vleet :
Mon visage de jeu parle juste d’être présentable et d’essayer d’avoir une nouvelle coupe. Je suis sur #TeamStyled, donc j’aime rester élégante et propre et rester juste avec mes cheveux et ma barbe. Et cela me permet de préparer mon visage de jeu en termes d’être simplement présentable et d’être élégant et pointu, que ce soit à quoi je ressemble ou comment je joue.

OG Anunoby : Votre visage de jeu montre au monde que vous êtes prêt à tout ce qui peut vous être lancé. Cela dit que vous avez investi du temps, du travail et des efforts et que vous avez fait le choix d’être le meilleur possible. Je suis #TeamSmooth, donc j’aime garder une coupe nette, pas de poils sur le visage et juste être lisse. Sentez-vous bien, jouez bien. Visage lisse. Joues lisses.

Fred, quelle est l’histoire derrière ta barbe ? Quand l’avez-vous fait pousser pour la première fois ?
FVV :
J’ai essayé au collège. Je l’ai fait grandir pendant un petit moment, mais je n’ai pas pu le faire entrer complètement. J’ai fait le truc de la peinture pendant un petit moment, j’ai essayé ça. J’ai fini par le couper juste avant le début de la saison parce que c’était tout simplement trop d’entretien. Et puis, ma première année dans la ligue, j’ai commencé à voir les coupes de cheveux de tout le monde et à quel point elles étaient inégales et combien de gars dans la ligue ne se soucient pas vraiment de leur coupe de cheveux, alors je me dis : d’accord, je peux m’acheter un certain temps pour passer par les phases difficiles de sa croissance. Et c’était, comme, il y a six ou sept ans maintenant, donc j’ai cultivé le mien pendant si longtemps et je ne pense pas que je vais revenir en arrière.

Que vous faudrait-il pour revenir en arrière ?
FVV :
À ce stade, la barbe n’est que mon look; cela fait partie de mon apparence et de mon meilleur état d’esprit. Mais si j’ai une crise de la quarantaine quand j’ai fini de jouer et que je suis à la retraite et que je veux changer tout mon look et juste sortir de la grille, je pourrais le couper alors. Si je me coupe la barbe, je traverse probablement quelque chose. C’est un signe, c’est certain.

OG, avez-vous déjà essayé de vous faire pousser la barbe ?

OG : Oui, j’ai essayé plusieurs fois. Ce n’est pas pour moi. Il ne se connecte pas ; c’est tacheté. Ce n’est tout simplement pas pour moi.

Avez-vous déjà souhaité pouvoir vous laisser pousser la barbe?

OG : Non! Mon visage de jeu en ce moment vient d’années de travail acharné – de la croissance de mon jeu physiquement, mentalement et de l’apprentissage de mes victoires et de mes défaites. Peut-être qu’un jour je voudrai choisir un autre visage de jeu pour moi, mais pour l’instant je suis #TeamSmooth.

Image via Gillette

Fred, j’ai entendu dire que tu te coupais les cheveux trois fois par semaine quand tu es entré dans la ligue. Avez-vous toujours été fier de bien paraître, ou cela a-t-il commencé lorsque vous êtes arrivé chez les pros ?

FVV : Oui, je pense que depuis que je suis jeune, j’essaie juste d’avoir ton propre style et ta propre personnalité sur et en dehors du terrain. Et puis, évidemment, à mesure que vous grandissez et qu’il y a plus de caméras sur vous, vous essayez d’être aussi beau que possible à tout moment. Chaque jour, nous sommes devant un millier de caméras.

Être beau vous donne-t-il plus de confiance et vous aide-t-il à mieux jouer ?

FVV : Ouais je pense que oui. Cela dépend évidemment de chacun, mais pour moi, cela aide. Je pense que je me sens mieux quand je reçois une coupe fraîche ou quand je porte de beaux vêtements, juste en me gardant éveillé et frais et en ayant l’air soigné. Cela me permet d’avoir un peu plus confiance en moi. Mais tout le monde est différent.

OG : Je suis définitivement d’accord. Quand je me sens frais et que je n’ai pas de poils sur le visage, je suis lisse, je me sens mieux, j’ai l’impression d’être plus performant. J’ai toujours ressenti ça.

OG anunoby des raptors de toronto
Image via Gillette

Comment votre rituel de jour de match a-t-il changé depuis votre entrée dans la ligue jusqu’à aujourd’hui ?

OG : Je fais plus d’activation dans la salle de musculation et tout ça maintenant. Plus de bain à remous, de bain froid avant le match, des trucs comme ça. Juste des petits trucs que j’ai vu des gars plus âgés faire.

FVV : Oui, je pense que plus vous jouez au fur et à mesure que votre rôle et vos minutes augmentent, plus vous passez ce temps d’arrêt à essayer de vous préparer pour le match ou à essayer de préparer votre corps. Avant, quand je n’avais pas l’habitude de jouer, je remplissais ce temps à faire n’importe quoi, faire du shopping ou jouer à des jeux vidéo ou simplement faire n’importe quoi, simplement parce que vous aviez beaucoup de temps libre entre les jeux à graver. Mais quand tu sais que tu as 40 minutes pour jouer, tu vas essayer de trouver comment préparer ton corps pour ça.

Certains joueurs ont des routines et des superstitions de basket-ball auxquelles ils essaient de s’en tenir. Un de vos coéquipiers, par exemple, a commencé à méditer avant chaque match afin de se concentrer. Faites-vous quelque chose comme ça?

FVV : Je fais un petit rituel pendant les hymnes. Genre, 15 à 20 minutes avant le match, quand c’est calme, je ferme les yeux, je fais juste une petite routine dans ma tête sur ce que je veux faire pour le match. C’est quelque chose que j’ai commencé à faire au cours des deux dernières années juste pour poser mes pieds et être ancré.

OG : J’essaie juste de faire mon dernier coup avant de me diriger vers le vestiaire. C’est ce que j’ai de plus proche d’une superstition ou d’une routine.

Et après le match ? Y a-t-il quelque chose que vous faites pour vous détendre après toute cette excitation avant d’aller vous coucher ?

OG : J’essaie juste de manger un peu, de regarder les autres matchs, puis d’essayer de m’endormir.

Juste du basket sur le basket et directement dormir ? Ça semble beaucoup.
OG :
Ouais, balle contre balle.

FVV : Ouais, pareil, à peu près. Je rentre à la maison, voir ce que font les enfants. Mais que ce soit un bon ou un mauvais match, j’ai l’habitude de regarder un petit film ou de regarder un autre match pour vous changer les idées sur votre performance ce soir-là. Et puis essayez de trouver un moyen de vous endormir. Mais il est difficile de refuser après le match.

Je suis surpris que vous ne regardiez pas une comédie ou une émission de télé-réalité ou quelque chose pour essayer de vous distraire du basket.

FVV : C’est dur. C’est dur, frère. Vous êtes tellement enfermé parce qu’il en faut beaucoup pour atteindre ce niveau de compétition, et vous ne pouvez pas simplement l’éteindre, vous voyez ce que je veux dire ? Donc, que ce soit le lendemain, le prochain entraînement ou le prochain match, il est difficile de se calmer, d’éteindre cet interrupteur.

fred vanvleet pour gillette
Image via Avresco Original / Sid Naidu

Vous avez tous les deux été à Toronto pendant toute votre carrière, avec Fred en 7e année et OG en 6e année. Qu’est-ce que vous appréciez dans la ville ?

FVV : Je pense qu’une chose que j’ai appris à apprécier est la base de fans passionnés que nous avons. C’est vraiment l’un des meilleurs marchés de la ligue pour de nombreuses raisons différentes, et il faut un certain temps pour s’y habituer car il y a beaucoup de bruit, d’excitation et d’amour pour le jeu et pour l’équipe. Mais quand on joue bien et que tout va bien, c’est l’un des meilleurs endroits où jouer dans la ligue. Et j’ai appris à apprécier cela.

OG : Avec certitude. J’apprécie aussi toutes les différentes cultures de Toronto, tous les différents aliments disponibles – c’est tellement multiculturel ici, beaucoup de gens différents, juste un vrai creuset. Il n’y a pas beaucoup de villes comme Toronto dans le monde.

Qu’est-ce que tu as fait récemment à Toronto que tu as aimé ?

FVV : J’ai apprécié TIFF. J’ai apprécié le festival du film et les tapis rouges et voir certaines des premières et être simplement dans cette ambiance, parce que j’aime les films, donc en faire partie était cool. L’autre chose que j’ai faite et à laquelle je n’avais jamais pensé auparavant était de sortir sur un bateau en été. Et juste sortir et voir la ville d’un point de vue différent, vous voyez ce que je veux dire ? La ville est déjà si cool que vous oubliez que l’eau est là pour explorer. Donc c’était plutôt cool.

Image via Complex Original / Sid Naidu
Image via Avresco Original / Sid Naidu

OG, qu’est-ce que tu as aimé cet été ?

OG : J’ai marché sur Spadina. C’était amusant.

À quel point la ville et la base de fans vous manquent-elles lorsque vous êtes sur la route ?

ET: Certainement beaucoup. Certaines arènes où nous jouons, c’est plus calme qu’ici. Nous apprécions donc vraiment de jouer à Toronto et les fans, à quel point ils sont enthousiastes, à quel point ils sont toujours dans le match. C’est un bon environnement.

FVV : Ouais, je pense que c’est génial que tout d’abord nous ayons une très grande base de fans, et deuxièmement, nous avons probablement la meilleure base de fans itinérante. Partout où vous allez, quoi qu’il arrive, vacances ou quoi que ce soit, vous voyez des gens de Toronto et vous rencontrez des gens de Toronto. Et parfois, les matchs à l’extérieur ressemblent à des matchs à domicile. Portland était récemment fou. Les fans des Raptors se présentent toujours là-bas, et aussi à Detroit, Miami, toute la Floride, New York – il y a certaines arènes où nous allons sur la route et nous savons que nous allons avoir une grande base de fans là-bas. Cela vous fait vous sentir bien. Cela vous donne un petit coup de pouce supplémentaire.

Pour en savoir plus sur #TeamSmooth, #TeamStyled, le rasoir GilletteLabs avec barre exfoliante et la tondeuse King C. Gillette, choisissez votre visage de jeu ici.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*