Elon Musk dit que X passe à un petit abonnement mensuel

[ad_1]

Elon Musk a discuté lundi de ses projets pour Twitter, désormais appelé X, lors d’une conversation en direct avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Entre autres choses, Musk a déclaré que le réseau social « s’oriente vers un petit paiement mensuel pour l’utilisation du système X » afin de combattre « de vastes armées de robots ».

Musk n’a pas précisé combien un nouveau forfait coûterait aux utilisateurs du réseau social, ni quelles autres fonctionnalités seraient ou non incluses avec le paiement au niveau le plus bas.

Au cours de la diffusion en direct, Musk a également divulgué de nouvelles mesures de X, affirmant qu’il compte désormais 550 millions d’« utilisateurs mensuels », qui y génèrent entre 100 et 200 millions de publications par jour.

Musk n’a pas révélé combien d’utilisateurs mensuels de l’entreprise sont authentiques, par rapport aux robots. Il n’a pas non plus fait de comparaison concrète avec les mesures précédemment utilisées par Twitter. En mai 2022, avant le rachat de Musk, Twitter rapportait qu’il avait une « utilisation active quotidienne monétisable moyenne » de 229 millions.

La discussion avec Netanyahu lundi visait à se concentrer sur les risques théoriques de la technologie de l’intelligence artificielle et sur la manière dont l’IA devrait potentiellement être réglementée. Cependant, Musk l’a également utilisé pour contester la perception selon laquelle son réseau social regorge de discours de haine et d’antisémitisme.

La réunion faisait suite à de nombreuses critiques à l’encontre d’Elon Musk de la part de groupes de défense des droits civiques en Occident pour son amplification du sectarisme sur son réseau social, notamment ses comptes, contenus et complots antisémites.

Ces dernières semaines, Musk a menacé de poursuivre en justice l’Anti Defamation League, une organisation dirigée par des Juifs, alléguant qu’elle avait tenté de « tuer » son réseau social. Musk a imputé à l’ADL la baisse de 60 % des revenus de X (Twitter), plutôt qu’à ses propres décisions commerciales, et a déclaré qu’il n’avait « pas d’autre choix » que d’intenter une action en justice pour diffamation contre le groupe.

Musk et X Corp. n’ont pas encore intenté de poursuite contre l’ADL et n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

Avant de rencontrer Netanyahu, Musk a également accusé la fondation de George Soros de vouloir « détruire » la civilisation occidentale. Le philanthrope juif hongro-américain fait l’objet de plusieurs théories du complot antisémites et fondateur de l’Open Society Foundations, qui fait des dons à divers groupes de la société civile.

Sur Twitter, Musk a dénigré à plusieurs reprises les personnes trans, les régulateurs fédéraux, les politiciens, les journalistes, les lanceurs d’alerte, les critiques de ses entreprises et les vendeurs à découvert. Malgré cette histoire, Musk a déclaré lundi à Netanyahu : « Je suis en quelque sorte contre l’attaque d’un groupe quelconque, vous savez. Peu importe de qui il s’agit. Afin de devenir « une civilisation spatiale ». Il a ajouté : « Nous ne pouvons pas faire cela s’il y a beaucoup de luttes intestines et, vous savez, de haine et de négativité. »

Après avoir acquis Twitter pour environ 44 milliards de dollars fin octobre 2022, Musk a procédé à des réductions massives de personnel et à des changements radicaux dans la plateforme. Il continue de diriger l’entreprise en tant que principal actionnaire, directeur technique et président exécutif, et est également PDG du constructeur automobile Tesla et de la société spatiale SpaceX.

Entre autres choses, il a accordé une « amnistie » aux comptes précédemment suspendus – une décision fortement critiquée par les experts en matière de sécurité en ligne et de discours de haine. Sous sa direction, Twitter (X) a restauré le compte de l’ancien président Donald Trump, qui avait été précédemment banni par Twitter pour avoir encouragé l’insurrection du Capitole du 6 janvier 2021. Le Twitter de Musk a également restauré les comptes personnels de la représentante d’extrême droite Marjorie Taylor Greene et du fondateur du site Web néo-nazi Andrew Anglin.

Musk a également éliminé l’ancien système de vérification « bluecheck » de Twitter, qui aidait les utilisateurs à identifier les comptes authentiques appartenant à des personnalités publiques, notamment des célébrités, des élus, des scientifiques, des auteurs, des dirigeants du monde des affaires et de l’éducation, des journalistes en activité et autres.

Dans le système actuel du réseau social, les utilisateurs qui paient peuvent afficher un badge d’abonné bleu à côté de leur nom. Ceux qui paient voient leurs publications prioritaires dans les flux des autres utilisateurs. Ceux qui ne paient pas pour utiliser le réseau social sont relégués à des niveaux d’amplification inférieurs pour leurs publications, ou peuvent constater un engagement moindre sur la plateforme. Lundi, Musk a réitéré sa conviction que transformer les utilisateurs en abonnés payants rendrait le déploiement de robots sur la plateforme fastidieux et inabordable.

Twitter tente actuellement d’obtenir des licences pour devenir un émetteur d’argent aux États-Unis. Selon les archives publiques, elle a déjà obtenu l’autorisation de le faire dans 8 États.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*