La COP28 réalise une percée grâce aux détails du fonds pour les catastrophes climatiques

Un homme portant un dégel passe devant les drapeaux des nations participant à la Conférence sur le climat COP28 de la CCNUCC la veille de son ouverture officielle le 29 novembre 2023 à Dubaï, aux Émirats arabes unis.

Sean Gallup | Actualités Getty Images | Getty Images

Dubaï, ÉMIRATS ARABES UNIS — Les pays réunis lors du sommet COP28 de l’ONU jeudi ont convenu des détails d’un accord pour un fonds de catastrophe destiné à aider les pays à se remettre des dommages causés par la crise climatique.

Cet accord, conclu le jour de l’ouverture de la conférence aux Émirats arabes unis, s’appuie sur un accord portant sur un fonds pour les pertes et dommages négocié lors de la COP27 en Égypte l’année dernière – largement considéré comme une avancée historique et un tournant potentiel dans la crise climatique.

De nombreux arrangements clés n’étaient pas résolus à l’époque, comme par exemple qui devait cotiser au fonds, quelle devait être sa taille et qui devait administrer l’argent.

La mise en service du fonds jeudi a suscité une ovation debout de la part des délégués présents dans l’auditoire.

Dans des commentaires envoyés par courrier électronique, Friederike Roder, vice-présidente du groupe de défense du développement durable Global Citizen, a qualifié l’annonce d’un fonds pour les pertes et dommages de « décision historique », mais a ajouté qu’« un fonds ne vaut rien sans aucun dollar » et a exhorté les riches pays à intervenir et à annoncer des engagements importants.

« Les besoins en matière de pertes, de dommages et d’autres financements climatiques continueront d’augmenter. C’est pourquoi nous devons également exploiter d’autres sources de financement, telles que les taxes internationales », a déclaré Roder.

Les pays à revenu élevé, qui représentent la majeure partie des émissions historiques de gaz à effet de serre, s’opposent depuis longtemps à la création d’un fonds pour les pertes et dommages destinés à indemniser les pays à faible revenu.

Les partisans soutiennent que le fonds est nécessaire pour tenir compte des impacts climatiques – notamment les ouragans, les inondations et les incendies de forêt ou les impacts à évolution lente comme l’élévation du niveau de la mer – contre lesquels les pays ne peuvent pas se défendre, soit parce que les risques sont inévitables, soit parce qu’ils manquent de ressources financières. faire cela.

Un regain de dynamique ?

A Dubaï, Alex Scott, analyste du groupe de réflexion environnemental E3G, a décrit l’accord visant à créer un fonds pour les pertes et dommages comme une avancée « massive » qui reflète « une immense démonstration de coopération mondiale ».

« Il y a souvent beaucoup de scepticisme dans ces espaces multilatéraux car ils amènent souvent tous les pays à se mettre d’accord, donc ils finissent toujours par être le plus petit dénominateur commun et aboutissent à un discours diplomatique qui n’a pas vraiment de sens pour les gens », a déclaré Scott. a déclaré à Avresco.

« Mais c’est très clair. Il s’agit d’une décision visant à créer le fonds qu’ils ont convenu d’essayer de créer l’année dernière. Je pense que cela donnera un bon élan pour le reste des négociations. »

Les décideurs politiques devront désormais réfléchir au montant qu’ils sont prêts à investir dans le fonds, a déclaré Scott.

Un engagement global d’au moins 200 millions de dollars serait suffisant pour établir le fonds à la Banque mondiale, a déclaré Scott, « mais cela n’est évidemment rien en comparaison de ce qui est réellement nécessaire ».

Les pays à faible revenu ont déjà réclamé des sommes d’au moins 100 milliards de dollars par an d’ici 2030, pour couvrir les pertes et les dommages causés par la crise climatique.

« Je m’attendrais à ce que certains pays retiennent leurs engagements et attendent jusqu’à la toute fin, dans le cadre des tactiques de négociation visant à finaliser le paquet », a déclaré Scott.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*