L’Arabie Saoudite propose un plan d’allègement fiscal sur 30 ans pour attirer les sièges sociaux des entreprises régionales

Paysage urbain de la capitale saoudienne Riyad.

Harri Jarvelainen Photographie | Instant | Getty Images

DUBAÏ, Émirats arabes unis — L’Arabie saoudite a annoncé un programme d’exonération fiscale de 30 ans pour les entreprises étrangères établissant leur siège régional dans le royaume, la dernière mesure en date dans sa campagne agressive visant à attirer les investissements et les effectifs internationaux.

« Le ministère de l’Investissement de l’Arabie saoudite, en coordination avec le ministère des Finances et l’Autorité Zakat, fiscale et douanière, a annoncé aujourd’hui un programme d’incitations fiscales sur 30 ans pour le programme des sièges régionaux (RHQ), afin de rationaliser davantage le processus pour les entreprises multinationales ( multinationales) pour établir leur RHQ en Arabie Saoudite », a écrit mardi l’agence de presse d’État saoudienne dans un communiqué.

L’offre comprend un taux d’impôt sur les sociétés de 0% pendant 30 ans, qui sera appliqué aux entreprises « à compter du jour où elles ont obtenu leur licence RHQ », indique le communiqué.

Le programme « vise à inciter les multinationales à établir leur siège social en Arabie Saoudite et à positionner le Royaume comme le principal centre commercial, industriel et d’investissement de la région MENA, en offrant une gamme d’avantages et de services d’assistance haut de gamme qui complètent la valeur compétitive du Royaume à l’échelle mondiale. proposition », ajoute le communiqué.

Un ultimatum controversé

Le royaume a attiré l’attention des investisseurs et suscité la controverse en février 2021 lorsqu’il a annoncé pour la première fois sa campagne RHQ, déclarant que toute entreprise étrangère qui n’aurait pas son siège régional en Arabie saoudite d’ici début 2024 se verrait interdire de faire des affaires avec des entités publiques.

La nouvelle a stupéfié les investisseurs et les travailleurs expatriés, dont beaucoup ont perçu cette décision comme une attaque contre Dubaï, la capitale commerciale des Émirats arabes unis qui abrite la plus forte concentration de sièges régionaux au Moyen-Orient.

En octobre de cette année, les ministres saoudiens ont clairement indiqué que l’ultimatum tenait toujours : les entreprises étrangères devront établir leur siège régional dans le royaume d’ici le 1er janvier 2024, sous peine de se voir interdire les contrats gouvernementaux lucratifs.

De nombreux investisseurs étrangers restent sceptiques quant à la capacité de l’Arabie saoudite – une théocratie musulmane notoirement conservatrice et connue pour son bilan très critiqué en matière de droits de l’homme – à attirer suffisamment de talents étrangers.

Les expatriés du siège régional de Dubaï s’interrogent sur la capacité du royaume à fournir des services de qualité de vie suffisants, comme des écoles internationales, de nombreux logements et des aspects d’un mode de vie plus occidental, comme l’alcool, qui est actuellement illégal en Arabie saoudite.

L’Arabie saoudite affirme que le programme RHQ a jusqu’à présent autorisé plus de 200 entreprises à exploiter leurs sièges sociaux régionaux dans le royaume. Et en réponse apparente aux inquiétudes de nombreux travailleurs expatriés selon lesquelles les familles auraient du mal à trouver des écoles internationales pour leurs enfants, « sept écoles internationales de la maternelle à la 12e année ont annoncé l’ouverture de leurs nouveaux campus dans le Royaume », écrit l’agence de presse saoudienne dans un communiqué.

La Vision 2030 de l'Arabie Saoudite est « très claire » quant à ce qu'elle veut réaliser, déclare le PDG d'ACWA Power

« L’incitation fiscale donne aux sociétés multinationales opérant dans la région une raison supplémentaire d’installer leur siège régional en Arabie Saoudite, en plus d’autres avantages tels que l’assouplissement des exigences en matière de saoudisation et les permis de travail pour les conjoints des dirigeants du RHQ », a déclaré le ministre saoudien de l’Investissement, Khalid. Al-Falih a été cité par la SPA comme ayant déclaré.

La campagne du siège régional du royaume fait partie de Vision 2030, une campagne ambitieuse lancée par le prince héritier Mohammed ben Salmane en 2016, qui vise à créer des emplois dans le secteur privé et à diversifier son économie loin du pétrole, alors que la population saoudienne, dont plus de 60 % ont moins de 30 ans — grandit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*