Un jeu déloyal est soupçonné après qu'une femme qui allait faire du jogging a été retrouvée morte à l'Université de Géorgie

[ad_1]

Une femme qui était partie faire du jogging a été retrouvée morte avec des « blessures visibles » jeudi sur le campus de l’Université de Géorgie, ont indiqué des responsables.

Un acte criminel est soupçonné dans ce décès survenu à Athènes, a indiqué l'université dans un communiqué.

La police n'a pas divulgué de détails supplémentaires, notamment sur la cause présumée du décès, citant l'enquête en cours.

« Nous n'avons pas de suspect, mais nous enquêtons activement sur l'affaire », a déclaré le chef de la police de l'Université de Géorgie, Jeffrey Clark.

La femme n'a pas fréquenté l'Université de Géorgie, mais était étudiante dans un autre établissement, a déclaré Clark. Il n'a pas nommé l'école.

L'université d'Augusta a déclaré plus tard qu'un de ses étudiants qui fréquentait l'école d'infirmières de son campus d'Athènes était décédé des suites d'un acte criminel présumé. « La réception de cette nouvelle cet après-midi a été un choc pour nous tous », a déclaré Brooks A. Keel, président de l'Université d'Augusta, dans un communiqué.

Vers midi, quelqu'un a signalé que son ami était allé courir ce matin-là aux champs intra-muros du campus et n'était pas revenu, a indiqué la police.

Le corps de la femme a été retrouvé dans une zone boisée derrière le lac Herrick à 12 h 38 et elle présentait des blessures visibles, a déclaré Clark.

Le Bureau d'enquête de Géorgie aide la police universitaire, a indiqué l'agence chargée de l'application de la loi de l'État. La police du comté d’Athens-Clarke apporte également son aide.

Dans un message adressé à la communauté du campus, qui comprend plus de 40 000 étudiants, l’université a qualifié la situation de « terrible ».

Tous les cours ont été annulés jeudi soir et vendredi, a indiqué l'université. Ils reprendront lundi.

Clark a déclaré qu'il y avait des caméras de sécurité sur le campus, qui couvre 760 acres à Athènes.

Clark a déclaré qu'il n'y avait pas eu d'homicide sur le campus depuis au moins 20 ans.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*